mercredi 16 janvier 2019

Argentine octobre-novembre 2018


Cela faisait déjà quelques temps que nous rêvions de la Patagonie et de l'Argentine.
Nous avons souvent reculé à cause du prix des billets d'avion ainsi qu'en raison du manque de temps.
En effet, nous estimions qu'il fallait au moins passer 3 semaines sur place.
Le mois de novembre étant une excellente période pour visiter l'Argentine et la Patagonie, Nathalie a posé un mois de congés à cette période là.
Moi, de mon côté, je gère toujours mon emploi du temps comme je veux...
J'ai commencé à scruter les tarifs des billets d'avion 8 mois à l'avance car les meilleures promotions tombent souvent durant le 7ème mois qui précède les vols.
Au début, les tarifs oscillaient entre 1000 et 1200 euros jusqu'à ce que tombe une promotion d'Air Canada.
Le tarif était imbattable: 691 euros aller-retour par personne!
Certes, il ne s'agit pas d'un vol direct (escale à Toronto) mais ce tarif nous a permis de faire des économies substantielles qui seront réinjectées dans des vols intérieurs qui sont inévitables au vu de la taille du pays.
Cerise sur le gâteau, notre AVE (autorisation de voyage électronique nécessaire lors d'une arrivée ou d'un transit par le Canada) est toujours valable!

Vient le moment des préparatifs.

La logistique pour un tel voyage est assez lourde.
Il faut d'abord déterminer son circuit ainsi que le nombre de jours que l'on souhaite passer à chaque endroit.
Pour cela, je me suis servi des guides Petit fûté Argentine et Patagonie.




Une fois le circuit bouclé, il a fallu réserver les vols intérieurs.
Le vol entre Buenos Aires et Puerto Iguazu sera opéré par LATAM et les autres vols par Aerolineas Argentinas.



Petit détail et non des moindres, alors que sur le vol transatlantique et le vol LATAM nous avons droit à une franchise bagage de 23 kg, celle-ci n'est plus que de 15 kg sur Aerolineas Argentinas! Nous ferons donc notre sac en fonction de ces 15 kg.

Une fois les avions réservés, vient la réservations des logements.
Je fais à nouveau confiance à Booking.com.



Pour la location de voiture à Salta, c'est à nouveau au site Carigami que je fais appel.


La liaison en bus entre Puerto Madryn et Buenos Aires sera assurée par la compagnie Don Otto.



Enfin, les navettes entre les aéroports et le centre-ville à Buenos-Aires sont assurées par la compagnie Manuel Tienda Leon.



Dimanche 28 octobre 2018: Saint-Brieuc - Paris Nord

C'est parti! Nous déposons la voiture sur le parking du boulot et marchons jusqu'à la gare.
Nous sommes moins chargés que d'habitude car nos sacs ne pèsent que 12 kg (max 15 kg) et nos bagages à main 8 kg.

Le TGV démarre à l'heure: 19h14.



A Paris, nous prenons le métro jusqu'à la gare du nord où nous prenons nos quartiers dans la chambre 212 de l'hôtel du Brabant, notre point de chute habituel à proximité de la gare du nord.



Ce qui est sympa, c'est que le réceptionniste nous reconnait!

Nous nous couchons vers 23h.

Lundi 29 octobre 2018: Paris - Toronto - Buenos Aires

Le réveil sonne à 6h30. Nous avons bien dormi dans cette chambre qui nous avait été conseillée par le réceptionniste.

Après une douche et un petit-déjeuner, nous quittons l'hôtel à 7h30, prenons le RER, arrivons à Roissy et nous nous enregistrons.

Le vol pour Toronto, opéré par Air Canada, décolle à l'heure à 11h30.




L'avion est un Boeing 787-9, en conformation 3-3-3.
Nous avons de la place (un peu moins que chez Corsair), les sièges sont confortables, les écrans fonctionnent à merveille et le choix des films est bon.



Dès le décollage, je regarde "Ocean 8". Nathalie lit car ils n'ont pas encore distribué les écouteurs... Moi, j'avais les miens.
Le repas (poulet cajun) est très bon.

Après avoir révisé un peu d'espagnol, je regarde "Red Sparrow".

Nous arrivons à l'heure à Toronto où la procédure de transit est vraiment rapide.

Nous nous dégourdissons les jambes dans l'aérogare, mangeons un burger, lisons puis embarquons à l'heure pour le vol de Buenos Aires de 19h20.





Nous attendons le service repas (boeuf aux oignons) puis dormons.



Au réveil, je regarde le film "Solo" pendant que Nathalie somnole.

Nous atterrissons vers 7h, après le service du petit-déjeuner (omelette ou pancake).

Mardi 30 octobre 2018: Buenos Aires - Puerto Iguazu

Nous récupérons nos bagages, passons au bureau de la compagnie de bus Tienda Leon pour acheter des billets de bus pour l'aéroport Aeroparque et pour le retour entre le terminal Madero et l'aéroport Ezeiza.
Nous changeons également de l'argent puis montons dans le bus.



le trajet est plus long que prévu (1h45) en raison d'embouteillages mais nous sommes largement à temps pour prendre notre vol de 13h10 à destination de Puerto iguazu et opéré par Latam.





C'est un sentiment étrange de se poser à Iguazu car j'en rêvais depuis de nombreuses années.




Nous effectuons le trajet jusqu'au centre-ville avec le bus "Four Tourist Travel" qui nous dépose à notre hôtel d'où nous marchons jusqu'à la gare des bus afin d'acheter des billets jusqu'aux chutes du côté brésilien et argentin.

Ensuite, nous marchons le long du Rio Parana qui constitue une frontière naturelle avec le Brésil.
Nous marchons jusqu'au croisement avec le Rio Paraguay.
En ce point, trois pays se rencontrent: Brésil, Paraguay et Argentine.


















Nous rentrons à l'hôtel après nous être arrêtés dans une gargote pour manger des empanadas et avoir fait quelques courses.

Nous nous couchons de bonne heure.

Mercredi 31 octobre 2018: Chutes d'Iguazu côté brésilien

Le réveil sonne à 7h et nous avons passé une nuit correcte, sans plus.

Le petit-déjeuner au bord de la piscine, c'est tout de même pas mal!



Nous marchons jusqu'à la gare des bus et montons dans le bus en direction des chutes brésiliennes alors qu'il commence à pleuvoir.

Nous passons les frontières argentine et brésilienne, ce qui nous vaut de nouveaux tampons sur nos passeports.



Arrivés au parc, nous marchons sur le chemin panoramique.
C'est vraiment magnifique! J'en ai les larmes aux yeux...
Il est vrai que c'est un très vieux rêves que je réalise!





Ce magnifique spectacle nous fait oublier la pluie qui tombe.















































Arrivés au pied des chutes, nous remontons et pique-niquons.
Nous repartons ensuite vers l'entrée du parc où nous visitons une petite exposition très instructive avec des photos d'époque des chutes.

Enfin, comme la pluie continue à tomber, nous remontons dans le bus pour Puerto Iguazu où nous arrivons après avoir récolté 2 nouveaux tampons sur nos passeports.

Nous rentrons à l'hôtel puis allons dîner dans le même petit restaurant typique que la veille. Nous y mangeons des gnocchi et des ravioles.

Jeudi 1er novembre 2018: Chutes d'Iguazu côté argentin



Nous parvenons à prendre le bus de 8h20 pour les chutes du côté argentin.
Ce trajet est opéré toutes les 20 minutes par la compagnie Rio Uruguay.
Le bus nous dépose devant le parc.




Le trajet entre l'entrée du parc et les différents points d'intérêt est assuré par un train pour lequel il  faut prendre des tickets (gratuits) avant de monter dedans.
Il y a un train toutes les 30 minutes, ce qui peut causer des temps d'attente assez longs.




Nous descendons à la "gare centrale" et parcourons, sous la pluie, le tracé supérieur qui offre de magnifiques vues sur les chutes.







































Nous enchaînons, toujours sous la pluie, avec le sentier inférieur qui nous amène au plus près des chutes.
C'est sur ce sentier que Nathalie glisse et s'entaille méchamment le doigt.

Ensuite, nous pique niquons à l'abri de la pluie et de coatis qui prennent d'assaut tout visiteur ayant de la nourriture dans son sac à dos.
Alors que nous déjeunons, la pluie cesse de tomber.

Nous nous remettons alors en route et montons dans le train jusqu'à la "garganta del diablo": impressionnant!















Nous reprenons ensuite le train jusqu'à la gare centrale où nous refaisons, au sec cette fois, le sentier supérieur. Nous nous régalons!





















Finalement, nous reprenons le train jusqu'au centre d'accueil et ensuite le bus jusqu'à Puerto Iguazu.

Nous allons faire quelques courses, allons manger une Sopa Paraguaya et des empanadas dans notre petit restaurant favori puis regagnons l'hôtel où nous reconfirmons notre navette pour l'aéroport.

Vendredi 2 novembre 2018: Puerto iguazu - Purmamarca

Le réveil sonne à 6h30. 
Nous refaisons nos sacs et prenons notre petit-déjeuner.
Au moment de payer avec la carte, on nous dit que le système ne fonctionne pas. Nous avons déjà essayé la veille au matin. Bizarre, non?
On nous fait comprendre que si nous payons 15% de plus, ça va marcher! Bienvenue en Amérique du Sud!

Nous attendons la navette qui doit venir nous prendre entre 8h et 8h15 et qui arrive à 8h30 avec une ponctualité toute latine.
Heureusement, nous sommes à l'heure à l'aéroport, le vol est également à l'heure (10h35) et nous découvrons le service agréable d'Aerolineas Argentinas sur les lignes intérieures: boissons, de quoi grignoter, prise USB et écran multimédias à chaque siège!





Nous arrivons à l'heure à Salta où nous prenons livraison de notre Chevrolet de location. 

Nous quittons Salta pour Purmamarca en empruntant la petite route de montagne aux très jolis paysages.


























Nous pique-niquons en route et arrivons en fin d'après-midi à Purmamarca où nous nous installons dans notre chambre au "Refugio de la coquena".
Celle-ci est spacieuse et l'endroit très chaleureux.




Enfin, nous partons visiter le pueblo ainsi que le marché artisanal et nous dînons dans un petit restaurant servant des spécialités amérindiennes ( tamales et humitas a la cazuela).




































Samedi 3 novembre 2018: Purmamarca - Humahuaca

Le réveil sonne à 5h45 au moment de l'heure bleue.
Nous marchons jusqu'au mirador privé de la montagne aux 7 couleurs. Celui-ci est fermé.
Nous prenons quelques photos puis empruntons le Paseo de los Colores alors que le soleil se lève tout doucement.























Nous parvenons à un autre mirador, non payant et qui surplombe le pueblo, au moment où le soleil passe au dessus des montagnes.
C'est juste magnifique! La montagne aux 7 couleurs resplendit!


















Nous rentrons à l'hôtel, prenons un délicieux petit-déjeuner, une douche puis reprenons la route en en direction d'Humahuaca après avoir salué le lama de l'hôtel.





Nous nous arrêtons tout d'abord un peu avant le village de Maimara afin de photographier la formation appelée la "Palette de peintre".






Nous continuons jusqu'au petit village de Tilcara classé au patrimoine mondial de l'humanité et niché à 2500 mètres d'altitude.



Nous parcourons ses ruelles anciennes et admirons sa charmante église et son marché artisanal.



















Nous allons jeter un coup d'oeil au pied de son jardin botanique spécialisé dans les cactus et surplombé par les ruines d'une forteresse pré-inca.







Enfin, nous empruntons la piste de la "Garganta del diablo" qui offre une superbe vue sur la vallée ainsi que sur des cactus géants et des formations colorées.






















De retour au niveau du jardin botanique, nous déjeunons avec des empanadas géants vendues dans une échoppe.

Nous reprenons ensuite la route vers Humahuaca où la réceptionniste de l'hôtel nous conseille de monter aujourd'hui au mirador del Cerro de los 14 colores car la lumière n'est pas bonne le matin et que nous devons repartir avant midi.




Nous suivons donc son conseil, montons dans la voiture et avalons les 25 km  de piste en 40 minutes.
Au sommet, après avoir payé le droit d'entrée de 100 pesos, nous nous garons sur le parking où se trouve une ambulance du SAMU et découvrons la borne indiquant l'altitude: 4350 mètres!




Moi qui souffre d'un mal très aigu des montagnes, je ne ressens pratiquement rien. Il est vrai que je prends du Diamox depuis 4 jours...

Nous profitons de ce panorama époustouflant, discutons avec un charmant couple de jeunes argentins et prenons évidemment plein de photos.



















Après 30 minutes, il est temps de redescendre car les maux de tête commencent à apparaître et le soleil commence à disparaître.

En route, nous photographions un petit cimetière perdu au milieu de nulle part.




Nous arrivons à l'hôtel et sortons dîner dans le centre ville. Je n'ai pas encore récupéré: j'ai le souffle court, le coeur qui bat vite et mal à la tête...
Je mange un pastel et Nathalie un risotto de quinoa.

Nous nous couchons tôt après la prise d'un demi comprimé de Diamox supplémentaire en ce qui me concerne.

Dimanche 4 novembre 2018: Humahuaca - Salta

Nous avons tous les 2 très mal dormi: moi car je me suis réveillé à 4h du matin avec un terrible mal de tête qui n'a cédé qu'après la prise d'un nouveau demi comprimé de Diamox et Nathalie car elle craignait qu'il m'arrive quelque chose.

Après le petit-déjeuner, nous partons visiter la ville qui se trouve pratiquement à la frontière bolivienne: son marché, ses rues pavées, son impressionnante tour de l'horloge avec un "coucou" de fabrication allemande (que nous ne verrons pas car il ne sort qu'à midi) et... c'est tout.













Nous passons reprendre la voiture à l'hôtel et prenons la route de Salta.
Nous passons le tropique du capricorne (mais ne trouvons pas la borne...) et prenons quelques photos à Maimara.










Nous déjeunons en route dans la cafétéria d'un marchand de souvenirs (tamales pour moi et empanadas pour Nathalie) puis continuons.



Nous arrivons à notre hôtel, en plein centre de Salta, vers 17h.
Nous nous installons puis partons explorer la ville: la cathédrale, la place du 9 juillet, le cabildo, l'église San Francesco, le couvent San Bernardo...












Nous marchons jusqu'au parc de la ville où nous découvrons que les familles s'y réunissent tous les dimanches: châteaux gonflables, animations, conteurs et marchands ambulants sont de la partie!
Nous y achetons de quoi manger et dégustons notre repas, assis face à un plan d'eau, en regardant passer les pédalos avant de regagner notre hôtel.

Lundi 5 novembre 2018: Salta - Ushuaïa

Le réveil sonne à 6h. Après un petit-déjeuner pris à l'hôtel,
nous montons dans la voiture en direction de l'aéroport.

Nous embarquons dans notre premier vol à destination de Cordoba.



Le vol se passe sans souci.
A Cordoba, nous mangeons un sandwich acheté la veille au supermarché et embarquons pour notre deuxième vol de la journée, à destination d'Ushuaïa cette fois. C'est un nom qui fait rêver!





L'avion est loin d'être plein et bien qu'un service de divertissement soit disponible et qu'on nous propose des boissons, on ne nous sert même pas un petit sandwich alors que le vol dure 4 heures...
Heureusement, nous avions pris nos réserves!

Nous arrivons à Ushuaïa à l'heure, récupérons nos bagages et décidons de parcourir les 5 km qui séparent l'aéroport du centre-ville à pieds afin de profiter de la vue et de l'entrée dans la ville.







Il est aux environs de 18h lorsque nous arrivons à l'hôtel. Nous nous installons dans la chambre avant de repartir marcher le long du port.















Nous faisons un passage à l'office du tourisme afin de préparer nos 2 journées sur place et nous demandons à faire tamponner nos passeports.

Nous passons faire quelques courses au supermarché puis allons dîner chez "El Turco" où nous ne retournerons pas au vu du caractère très antipathique du serveur.

Nous nous couchons vers 22h30.

Mardi 6 novembre 2018: Parque Nacional Tierra del Fuego

Après le petit-déjeuner, nous partons prendre le bus qui nous emmène au coeur du Parque Nacional Tierra del Fuego.
Nous descendons au lieu-dit Bahia Ensenada où se trouve le bureau de poste le plus au sud de l'Argentine et où la vue sur la rive chilienne du canal Beagle est superbe.







Là, nous quittons les bus débarquant les clients des croisières Ponant et Hurtigruten et empruntons le sentier côtier qui longe le canal, traverse de magnifiques forêts et mène finalement au centre d'interprétation.





























Nous pique-niquons sur la terrasse du dit centre et nous nous remettons en marche sur le sentier qui mène jusqu'à l'extrémité de la route n°3.



Les paysages traversés tout au long du parcours sont somptueux.












En chemin, nous faisons la connaissance de Luis et Angélique, un couple mexicano-français vivant au Texas. Ils sont très sympas et prennent le même avion que nous jeudi.

A 17h, nous reprenons le bus qui nous ramène au centre-ville.

Nous allons chercher à dîner au service traiteur du supermarché puis rentrons à l'hôtel.

Mercredi 7 novembre 2018: Glaciar Martial

Après le petit-déjeuner, nous partons découvrir la ville: la rue principale, le port, l'extérieur du musée maritime et nous allons du côté de l'aérodrome où la vue sur la ville est sympa.
























Il faut bien admettre que cette ville n'a pas beaucoup de charme...

Nous allons acheter un pique-nique au supermarché puis entamons la randonnée jusqu'au glacier Martial.




Au début, il y a un beau point de vue sur la ville.



Le sentier longe un torrent dans une forêt digne d'un conte de fées.

Nous pique-niquons en route, assis sur un tronc d'arbre.
Au sommet, au pied du glacier, la vue sur le Chili, qui se trouve en face, est plutôt sympa mais ne donne rien en photo.

Nous faisons un petit tour dans la boutique du salon de thé au style très british puis redescendons.





Après une petite pause à l'hôtel, nous repartons sur le port où nous regardons partir le bateau de la Hurtigruten.
















Nous postons nos cartes postales, allons acheter à manger, dînons puis cherchons à aller retirer de l'argent.
Malheureusement, le plafond est limité à 4000 pesos par retrait.
Nous tenterons donc de changer de l'argent demain.



Jeudi 8 novembre 2018: Ushuaïa - El Calafate

Nous prenons notre petit-déjeuner et montons dans le taxi qui nous amène pour 175 pesos à l'aéroport.
Nous y sommes à 8h45 pour un vol prévu à 10h45.

Nous apprenons qu'une grève surprise s'est déclenchée au petit matin chez Aerolineas Argentinas...
Nous recevons peu d'informations. 
contrairement à d'autres vols, le nôtre ne semble pas annulé mais retardé sans cesse plus...

A l'aéroport, nous retrouvons Luis et Angélique avec lesquels nous envisageons même d'aller à El Calafate en taxi.

Finalement, vers 17h20, le personnel arrive pour l'enregistrement. Nous sommes chanceux! C'est le seul vol qui décollera d'Ushuaïa aujourd'hui!
Nous recevons nos cartes d'embarquement et l'équipage est vivement applaudi lorsqu'il traverse la salle d'attente devant la porte d'embarquement.




Nous décollons un peu après 20h et atterrissons à El Calafate une heure plus tard.
Nous récupérons nos bagages et montons dans la navette VES PATAGONIA après avoir dit "à bientôt"  à Luis et Angélique que nous allons probablement retrouver à El Chalten.

La navette nous dépose à l'hôtel vers 22h.
nous nous installons dans notre chambre tandis que le personnel de la réception nous arrange le trajet en bus pour El Chalten le lendemain.

Nous nous couchons exténués.

Vendredi 9 novembre 2018: El Calafate - El Chalten

Le réveil sonne à 6h30.
Le bus vient nous chercher un peu après 7h30.
Les paysages traversés sont somptueux et correspondent parfaitement à l'image qu'on se fait de la Patagonie.
En route, nous voyons des vaches, des chevaux ainsi que des guanacos et des nandous.








Le chauffeur s'arrête brièvement devant le glacier Viedma. 




Il marque également un arrêt juste avant El Chalten.
A cet endroit, la vue sur le Fitz Roy que nous découvrons est splendide!












Arrivés à El Chalten, nous prenons livraison de la chambre, allons faire des courses au supermarché et nous nous mettons en route pour la chute Chorillo del Salto au pied de laquelle nous pique-niquons.












Ensuite, nous repartons dans le sens inverse pour nous rendre au mirador des condors d'où la vue sur le Fitz Roy est époustouflante.

































Nous continuons jusqu'au mirador des aigles qui offre une vue sur les montagnes ainsi que sur le lac Viedma.





Nous redescendons, faisons une courte pause à l'hôtel et allons manger quelques empanadas avant de rentrer nous coucher.




Samedi 10 novembre 2018: Sentier du Fitz Roy

Après notre petit-déjeuner, nous nous mettons en route.
Aujourd'hui, nous avons décidé d'arpenter le sentier du mont Fitz roy jusqu'au Lago Capri et ensuite, en fonction de notre avancée et de la difficulté, de continuer jusqu'au campement Poincenot.

Le sentier est bien tracé, vraiment sans difficulté hormis une ascension en pente douce et offre des points de vue somptueux.
Au départ, il surplombe la rivière.
Un peu avant le lac Capri, le Fitz Roy commence à se dévoiler.










Au niveau du lac, il se reflète dans ses eaux et un petit glacier se laisse entrevoir sur le côté.


















Nous croisons un pic de Magellan.



Ensuite, le sentier tourne autour du Fitz Roy, offrant différents points de vue, avant d'atteindre le campement situé pratiquement au pied de la montagne.
























En chemin, nous croisons également un lièvre.



C'est au campement Poincenot que nous nous posons pour pique-niquer avec une vue magnifique.

Nous redescendons tout en admirant le vol des condors et des perruches.






En bas, nous prenons un délicieux café servi à la terrasse d'une roulotte, allons chercher les billets de bus pour rentrer à El Calafate, faisons des courses et mangeons à nouveaux quelques empanadas chez "Che Empanadas" avant de rentrer à l'hosteria.



Dimanche 11 novembre 2018: Sentier du Cerro Torre

Le réveil sonne à 5h45.
Nous filons pour aller admirer le lever du soleil sur les montagnes.
Malheureusement, nous sommes un peu tard pour atteindre le mirador des condors avant que les magnifiques lueurs orangées n'atteignent le Fitz Roy.
Nous assistons donc au spectacle d'un peu plus bas.

























Nous rentrons prendre le petit-déjeuner à l'hôtel puis repartons sur le sentier du Cerro Torre.
C'est un peu plus escarpé que la veille mais de toute beauté!
























L'arrivée au niveau du lac glaciaire est magnifique.
















C'est là que nous pique-niquons.

Nous reprenons le chemin en sens inverse.
En route, nous discutons avec un couple de Suisses très sympathiques.

Nous arrivons à l'hôtel après 19 km de randonnée.
Nous allons manger un burger et boire une bonne bière au B&B (Beer and Burger) puis allons nous coucher.

Lundi 12 novembre 2018: Sentier Loma del Pliegue Tombado

Aujourd'hui, le ciel est plus couvert et le Fitz Roy a un petit manteau nuageux à son sommet.
Nous entamons notre randonnée du jour un peu plus tard que les jours précédents: 9h45.
En fait, nous nous sommes réveillés plus tard...

Le sentier Loma del Pliegue Tombado grimpe tout du long, traverse la forêt, nous fait arriver dans une plaine herbeuse où nous croisons un lièvre, repart dans la forêt avant de déboucher sur les flanc rocailleux de la montagne d'où nous avons une magnifique vue sur les sommets.







Nous redescendons de quelques mètres afin de nous abriter du vent pour le pique-nique.

Sur le chemin du retour, nous croisons des perruches et des lièvres.

En bas, nous faisons un petit tour par le centre d'interprétation, allons faire quelques courses puis allons manger une glace chez le glacier artisanal du village. Ses glaces sont un véritable délice!

Enfin, nous allons nous détendre à l'hôtel.

Mardi 13 novembre 2018: El Chalten - El Calafate

Le réveil sonne à 6h30.
Nous prenons un petit-déjeuner rapide puis marchons jusqu'à la gare des bus.
Le bus Caltur démarre à 8h précise. En route, nous avons une belle vue sur le glacier Viedma.
Les guanacos et les nandous nous observent.



Nous arrivons vers 11h à la gare des bus d'El Calafate. qui est distante d'1,7 km du centre-ville.
Nous marchons jusqu'à notre hôtel, nous installons dans la chambre, pique-niquons dans le jardin puis partons acheter les billets de bus pour notre excursion au Perito Moreno de demain.

Une fois les billets en poche, nous longeons les rives du Lago Argentino, passons au niveau de la Laguna Nimez où nous observons les flamants roses et allons jusqu'à la plage.
























Nous revenons ensuite à l'hôtel après quelques courses au supermarché.

Nous repartons faire un tour dans les boutiques de la rue principale puis rentrons dîner à l'hôtel.

Mercredi 14 novembre 2018: Perito Moreno

Aujourd'hui est un grand jour! nous allons visiter un des lieux qui nous fait rêver depuis de nombreuses années: le glacier Perito Moreno!
C'est le seul glacier de la planète qui avance encore et ne recule pas...

Le bus de chez Caltur vient nous chercher à l'hôtel vers 8h30 et nous amène à la gare des bus où nous montons dans un autre modèle bien plus grand. ce dernier démarre à 9h tapante.
Nous arrivons sur place à 11h car les modalités d'entrée dans le parc (achat des billets) prennent un peu de temps.




Nous entamons la visite par le sentier côtier.
L'approche du glacier est haletante. On en découvre de plus en plus de détails et c'est magnifique.
Nous prenons bien évidemment des dizaines de photos.












Nous marchons sur les passerelles métalliques, prévues pour ne pas abîmer la nature environnante, et les lumières changeantes sur le glacier lui donnent une apparence tantôt douce, tantôt sombre.


























































































































Nous pique-niquons sur un balcon, au soleil.

Nous parcourons 2 fois les circuits de passerelles et décidons de faire l'impasse sur le tour en bateau au pied du glacier qui ne nous semble pas apporter grand chose.

Nous montons dans le bus du retour de 15h45 et arrivons à El Calafate vers 17h30.

Alors que nous passons devant l'office du tourisme, quelqu'un m'appelle.
Il s'agit d'Etienne, un ancien collègue, que je n'ai plus vu depuis presque 15 ans.
Il est accompagné de Fanny, sa compagne.
Heureux de nous retrouver à l'autre bout du monde, nous allons faire quelques courses ensemble puis allons prendre l'apéritif dans un très chouette bar situé sur la rue principale.
La faim se faisant sentir, nous terminons la soirée autour d'une parilla à volonté arrosée de vin argentin à "La Marca, la parilla del pueblo".



Nous passons une très bonne soirée et nous nous quittons vers 22h30.

Jeudi 15 novembre 2018: Rives du Lago Argentino - Puerto Madryn

Nous partons nous promener sur les rives du Lago Argentino en direction de Punta Gualecho.
Au niveau de la Laguna Nimez, nous observons un petit renard.











Les paysages sont splendides.

Lorsque nous faisons demi-tour, le vent redouble de violence et certaines bourrasques sont très fortes.

Nous rentrons pique-niquer à l'hôtel et attendons la navette VES PATAGONIA pour l'aéroport qui vient nous chercher à l'heure.

L'avion pour Trelew décolle avec un peu de retard.
Nous sommes tout de même heureux de pouvoir décoller au vu du vent qui souffle.



A Trelew, nous ne sommes pas enregistrés pour la navette à destination de Puerto Madryn alors que j'ai une confirmation de réservation imprimée...
Nous devons donc attendre la suivante et nous perdons pratiquement 1h.

Arrivés à Puerto Madryn, nous nous installons, mangeons à l'hôtel et nous nous endormons rapidement.

Vendredi 16 novembre 2018: Playa El Doradillo

Nous nous levons assez tard, prenons notre petit-déjeuner puis filons vers le bord de mer qui est le centre d'activité de la ville.

Nous passons glaner pas mal d'informations à l'office du tourisme puis nous nous mettons à la recherche d'une voiture de location pour dimanche ainsi que d'un loueur de vélos.

Ce sont les vélos que nous trouvons en premier.
Après avoir réservé une voiture chez Alamo, dont l'agence est située à 300 mètres du loueur de vélo, nathalie se rend compte à la sortie de l'agence que le pneu arrière de son vélo est dégonflé.
Nous partons reporter les vélos et exigeons un remboursement, chose qui n'est pas facile à obtenir...
On nous dit que d'après le contrat, nous devons réparer nous-même!
Je suis d'accord que c'est écrit dans le contrat mais, au vu de la fuite survenue après 300 mètres, il s'agit d'une rustine qui a lâché et ce n'est pas normal.

Du coup, nous partons à pieds jusqu'à la pointe de Las Cuevas où les premiers colons gallois ont débarqué.
On y trouve encore les grottes (bien que pas mal érodées) dans lesquelles ils s'abritaient.









On trouve également à cet endroit la statue en hommage aux indiens Tehuelches.



Nous rebroussons chemin et, après 8 km de marche, il est temps de s'attabler pour déjeuner.

Une fois repus, nous retentons la location de vélos.
Nous tombons sur un loueur qui a l'air plus sérieux, qui nous fournit des vélos qui semblent être en bon état et qui nous donne un numéro de téléphone portable pour venir nous rechercher en cas de souci.

Nous nous rendons au point de vue situé un peu après la plage d'El Doradillo.
Nous avons la chance d'observer des baleines franches australes.
C'est la première fois que Nathalie voit des baleines!









Sur le chemin du retour, j'ai des problèmes avec le dérailleur mais nous arrivons tout de même à renter.

Après quelques courses, nous rentrons manger à l'hôtel où, après une bonne douche, nous nous endormons, exténués par 8 km de marche et 40 km de vélo.

Samedi 17 novembre 2018: Punta Loma

Après avoir eu confirmation que l'excursion en kayak à laquelle nous souhaitions participer était annulée, nous décidons de nous rendre à vélo à Punta Loma où vit une colonie de lions de mer.

Les vélos de notre hôtel sont en mauvais état...
Nous retournons donc chez le loueur de la veille qui, au moins, offre un service de "rapatriement" en cas de souci.

Nous avalons sans difficulté les 10 km de route vers le sud même si notre postérieur est encore endolori par les kilomètres de la veille.
Nathalie, elle, souffre des genoux.
Nous marquons une courte pause au niveau d'un point de vue surplombant une épave.




Nous repartons et empruntons les 4 derniers kilomètres sur une piste.

A Punta Loma, nous avons une bonne surprise: l'entrée du site n'est pas payante!
Le soleil brille et nous nous régalons des jeux et des cris des lions de mer. Les gros mâles sont vraiment impressionnants!



























Nous voyons arriver à vélo le couple de cyclistes français croisés la veille sur la piste d'El Doradillo.
C'est en leur compagnie, abrités par la cabane des employés du parc, que nous pique-niquons.

Le retour se fait plus rapidement que l'aller car en descente.

De retour à Puerto Madryn, nous rendons les vélos, allons faire des courses, mangeons à l'hôtel puis partons chercher notre petite Fiat à l'agence de location Alamo dont le service est vraiment excellent.

Dès réception du véhicule, nous prenons la direction de la plage de Las Canteras (située sur la RP42 juste après El Doradillo) qui est réputée pour la présence de baleines.
Nous y assistons à un magnifique coucher de soleil sous le regard bienveillant d'une baleine.










Dimanche 18 novembre 2018: Peninsula Valdes

Nous prenons le petit-déjeuner très tôt puis nous nous mettons en route à bord de notre Fiat vers 7h50 en direction de la Peninsula Valdes.
Nous payons le droit d'entrée (520 pesos par personne et 100 pesos supplémentaires pour la voiture) puis marquons un très bref arrêt au centre d'interprétation où, à notre avis, il n'y a pas grand chose à voir.


Nous continuons jusqu'à Puerto Piramides qu'on nous avait décrit comme un joli village mais qui, en fait, est uniquement un guet-apens en vue d'attirer les touristes vers les bateaux qui se chargent des excursions "baleines".

Nous repartons donc mais, cette fois, nous empruntons la piste sous l'étroite surveillance de l'armée des guanacos postés tout le long du trajet.





A la bifurcation au niveau de la saline, nous partons vers l'est.
L'extrémité de la piste se situe à peu près au niveau de l'observatoire d'une colonie de manchots de Magellan qui s'approchent à quelques centimètres des observateurs.
Ils sont vraiment craquants!








Nous poursuivons un peu plus au sud où une colonie d'éléphants de mer a élu domicile. C'est amusant d'en voir mais ils sont nettement moins élégants que les lions de mer.



Nous repartons ensuite vers le nord en direction de Punta Norte.
Nous ne pouvons nous empêcher de faire une nouvelle petite halte près des manchots...




En route, nous voyons 2 lièvres de Patagonie, espèce en voie de disparition ou pour le moins menacée.



Nous pique-niquons en route avec une très belle vue sur la Caleta Valdes.




Au moment où nous arrivons à Punta Norte (2 heures avant la marée haute), des orques croisent au loin. Je réalise un nouveau rêve!
Cela fait quelques années que je rêve d'en voir et là, même si elles sont loin, je peu enfin les observer.




Nous restons pratiquement 2 heures à regarder la colonie d'éléphants de mer établie au nord de la péninsule avec l'espoir de voir réapparaître les orques qui ne repasseront pas...







Sur le chemin du retour, nous croisons 3 renards.

Une fois la sortie du parc franchie, nous bifurquons sur la gauche sur la RP 42 jusqu'à la plage de Las Canteras où nous avions pu observer une baleine hier.
Aujourd'hui, il n'y en a point.

Nous regagnons finalement Puerto Madryn où nous rendons la voiture et regagnons l'hôtel.
Là, nous discutons avec Jean-Benoît et Morgane avec qui nous avons sympathisé et puis nous allons dormir, émerveillés et conscients que nous ne verrons plus cette magnifique nature argentine.

Lundi 19 novembre 2018: Puerto Madryn - Buenos Aires

Nous nous levons tard et prenons notre temps pour le petit-déjeuner au cours duquel nous discutons à nouveau avec nos nouvelles connaissances.
Nous refaisons ensuite nos sacs puis partons marcher le long de la mer.

Au retour, nous allons faire des courses, pique-niquons à l'ombre des arbres de la place centrale, allons déguster une délicieuse glace puis repassons prendre nos sacs à l'hôtel.

Nous gagnons la gare des bus à pieds et montons dans le bus Don Otto de 15h en direction de Buenos Aires.
J'avais réservé le dernier trajet en bus car le pris était vraiment inférieur à celui de l'avion et nous ne devions pas payer la navette vers l'aéroport de Trelew puis celle pour rejoindre le centre-ville de Buenos Aires au départ de l'aéroport d'Aeroparque.
De plus, le vol pour Buenos Aires décolle à 15h, ce qui nous aurait fait arriver au centre-ville vers 20h-21h où nous devions encore payer une nuit d'hôtel.
Le trajet en bus, lui, coûte 55 dollars en "lit exécutif" avec repas, sièges inclinables à 160 degrés, prises USB, couvertures, etc.
Même si le trajet dure 18h, le bus arrive en théorie à 9h du matin au centre-ville de Buenos Aires, ce qui est parfait pour commencer une journée de visite.

A l'embarquement, nous sommes très agréablement surpris.
Les bagages sont étiquetés avec des codes QR et on vous remet un reçu avec le même code, ce qui est sécurisant.
Les sièges "cama ejecutivo" sont très confortables et un oreiller ainsi qu'une couverture épaisse sont fournis.
Vous pouvez ranger vos objets de valeur sous le siège, hors d'accès d'un éventuel voleur.
Bref, nous semblons partir sur de bonnes bases!



Vers 18h, une collation (thé+biscuit) est servie, suivie d'un dîner vers 21h30.




Vient l'heure de dormir. L'inclinaison à 160° des sièges est assez confortable.

Finalement, je me réveille après 7h de sommeil correct.

Mardi 20 novembre 2018: Buenos Aires

Après une nuit correcte pour tous les 2 et une nouvelle collation servie vers 8h, nous arrivons avec une bonne heure et demie de retard à la gare des bus de Retiro à Buenos Aires (10h40).

De là, nous marchons jusqu'à notre hôtel.



A l'entrée, nous nous faisons toiser par le groom qui semble penser que notre style rando + sac à dos ne correspond pas à celui de son établissement 4 étoiles.
Quand nous lui disons que nous avons réservé une chambre, il daigne nous laisser entrer.
Nous nous installons, prenons une bonne douche puis partons visiter le micro-centro.



Nous passons devant le teatro Colon et l'obélisque puis nous bifurquons vers la place de mai.












Nous allons visiter une église puis la Manzana de las luces, ancienne "ville dans la ville" créée par les jésuites.
Cette visite est très intéressante.





Nous repartons au bord de l'eau pour admirer les 2 bateaux (Uruguay et Fregata Presidente Sarmiento) ainsi que le pont des femmes.










Ensuite, nous allons nous promener dans le Parque Natural y Reserva Ecologica Costanera Sur avant de regagner l'hôtel et d'aller manger au Biblos.




Mercredi 21 novembre 2018: Boca et San Telmo

Après un fastueux petit-déjeuner pris à l'hôtel, nous prenons le métro (Subte) jusqu'à Constitution d'où nous marchons jusqu'au Parque Lezama où nous admirons l'église russe orthodoxe.





De là, nous traversons le quartier de Boca jusqu'aux abords du stade de la Bombonera où joue le Boca Juniors FC.




Ce quartier est un des plus populaire de la ville. C'est là que les premiers immigrés ont débarqué.
Tout le quartier est aux couleurs du club de football vraiment très populaire.













Nous empruntons ensuite le Caminito jusqu'au port. C'est vraiment superbe et coloré!






































Nous marchons alors jusqu'au quartier de San Telmo où nous marquons une pause déjeuner à l'ombre d'une place où  des danseurs dansent le Tango.











Nous cheminons dans le quartier jusqu'à la statue de Mafalda puis prenons le métro jusqu'à la place du congrès.















De là, nous marchons jusqu'au Café Tortini qui est le plus ancien café de la ville et qui a vu défiler de nombreuses célébrités.
Le charme ancien est certain et nous y dégustons un cappuccino glacé ainsi qu'un milkshake au chocolat des plus délicieux.





Nous reprenons enfin le métro jusqu'à l'hôtel puis allons dîner au Biblos.

Jeudi 22 novembre 2018: Buenos Aires - Paris CDG

Le réveil sonne à 4h30 ainsi que le "wake-up call": ça pique!
Quelques secondes plus tard, le "room service" nous apporte des cafés et des biscuits en guise de petit-déjeuner.
C'est la première fois que Nathalie et mois faisons appel à un "room service"...

Quinze minutes plus tard, la réception nous appelle pour nous signaler que notre taxi est arrivé.
Assez étrangement pour l'Argentine, il est à l'heure et même en avance. C'est peut-être lié au fait que le chauffeur est d'origine asiatique...
Il nous dépose 2 km plus loin, au terminal Madero des bus Tienda Leon, une dizaine de minutes plus tard.
Nous sommes en avance sur tous les horaires prévus et nous montons donc dans la navette de 5h (au lieu de celle de 5h30) pour l'aéroport Ezeiza.
Le bus met une trentaine de minutes pour effectuer le trajet et nous dépose au terminal A.
C'est bien moins qu'à l'aller car les embouteillages à l'entrée de Buenos Aires avaient grandement ralenti notre progression.
Du coup, nous sommes bien trop tôt à l'aéroport pour un vol prévu à 9h45!

Nous changeons nos pesos en euros à la banque située à côté de la sortie des arrivées. c'est fou, même à 6h du matin, cette banque est ouverte!
Ensuite, nous prenons un petit-déjeuner et patientons.
Comme j'ai du WIFI, je lis mes mails et j'apprends que notre vol pour Toronto est retardé de 2h et que nous allons rater notre correspondance.
Du coup, nous filons au bureau d'enregistrement d'Air Canada qui vient d'ouvrir.
Le personnel est souriant et super efficace. On nous explique que comme il est impossible d'avoir notre correspondance à Toronto, on va nous reprogrammer sur le vol direct Buenos Aires - Paris de 14h35 et opéré par Air france qui doit, en théorie, nous permettre d'arriver plus tôt que prévu à Paris...
Pour patienter, on nous donne même un bon pour un petit-déjeuner.

Nous patientons donc et j'arrive à nous enregistrer en ligne sur l'application d'Air France aux sièges 37 G et 37H.
Nous allons prendre notre petit-déjeuner et changeons de terminal, le terminal de l'alliance Skyteam étant le C.



Arrivés en zone d'embarquement, nous mangeons nos dernières empanadas sur le sol argentin puis embarquons à bord du boeing 777-200 d'Air france.



Une fois l'embarquement terminé, nous nous rendons compte que l'avion n'est pas plein et qu'il n'y a pas d'autre passager sur notre rangée centrale de 4 sièges.
Nathalie va donc pouvoir s'allonger pour dormir.

En attendant le repas (boeuf au chimichuri + riz), je regarde le film "Intouchables" que je n'avais jamais vu.
Le service est excellent avec un équipage souriant et de bonne humeur, serviable, soucieux du confort des passagers.
Sincèrement, j'ai rarement vu cela!

Je somnole un peu après le repas puis vais me ravitailler en boissons, sandwiches et délicieuses glaces au Dulce de Leche dans le galet arrière où je fais plus ample connaissance avec les membres d'équipage: richard, Simone, Stéphanie, etc.

De retour à ma place, je regarde le film "Mon Ket" de et avec François Damiens: bof, bof, bof.

Vendredi 23 novembre 2018: Paris - St-Brieuc

Nous arrivons  à Paris en avance vers 7h du matin (2h avant l'arrivée théorique du vol Air Canada), remercions le personnel de cabine, récupérons nos bagages et montons dans le Bus Direct.

A Montparnasse, nous allons prendre un café, déjeunons puis montons dans le TGV pour St-brieuc.
Nous récupérons la voiture et regagnons la maison la tête remplie de très beaux souvenirs.
















Argentine octobre-novembre 2018

Cela faisait déjà quelques temps que nous rêvions de la Patagonie et de l'Argentine. Nous avons souvent reculé à cause du prix d...