dimanche 18 décembre 2016

Cinque terre et Parc National de la Vanoise juin 2016


Pour ces vacances de juin, Nathalie et moi n'avions pas trop envie de nous lancer dans de grands préparatifs de voyages car, en ce qui me concerne, j'avais tout de même préparé quatre grands périples (Thaïlande, République Dominicaine, Islande et Japon) sur 7 mois... Nous voulions juste un peu de "repos" et surtout ne pas nous replonger dans des guides et des réservations de billets d'avion.
Du coup, la voiture s'est vite imposée à nous comme moyen de locomotion pour arriver à destination...

Nous avions également envie tous les deux de nous dégourdir les jambes et de faire un peu de randonnée et, pourquoi pas, un peu de kayak. Nous n'avons pas hésité longtemps ni sur notre lieu de destination ( les Cinque Terre, entre Gênes et Pise) ni sur notre mode d'hébergement, le camping nous semblant être la solution qui nous poserait le moins de soucis de réservation.

Tout cela étant décidé, il ne nous restait plus qu'à en profiter.

Samedi 18 juin 2016

Nous nous mettons en route de bonne heure car nous avons rendez-vous chez nos amis tourangeaux à l'heure du déjeuner. C'est une parfaite occasion pour les revoir (cela fait plusieurs mois que nous ne les avons pas revus), découvrir leur petit garçon né il y a plusieurs mois déjà ainsi que pour couper la route. Comme d'habitude, nous passons un très bon moment en leur compagnie.

Nous devons nous remettre en route assez rapidement car il nous reste pas mal de route pour atteindre Valaurie, au sud de Montélimar, où les parents de Nathalie nous attendent pour le dîner.

Il est pratiquement 21 heures lorsque nous arrivons à destination. Nous dînons rapidement avant de nous mettre au lit de bonne heure car nous sommes assez fatigués par la route effectuée...

Dimanche 19 juin 2016 

 Après une bonne nuit et un bon petit-
déjeuner, nous reprenons la route à travers la Drôme Provençale qui nous laisse découvrir ses magnifiques champs de lavande.



Une fois sur l'autoroute du sud, nous prenons la direction de Nice et longeons ensuite la côte jusqu'à la frontière italienne.
De l'autre côté de la frontière, nous continuons sur l'autoroute de la côte jusqu'à atteindre Levanto en début de soirée. 

Nous nous mettons directement en quête d'un camping. La chose n'est pas aisée non pas par manque de terrains mais plutôt parce que les campings rencontrés nous rebutent pour différentes raisons. Ils sont soit surpeuplés, soit trop proches de la route, soit infestés de moustiques ou encore parce qu'il est impossible d'avoir sa voiture sur l'emplacement...
Finalement, nous optons pour un petit camping à l'entrée de la ville qui propose, comme tous les campings du coin, des emplacements minuscules mais sur lesquels on peut mettre sa voiture.




Une fois la tente montée et notre matériel installé, nous partons à pieds découvrir cette petite ville de Levanto.



Levanto est une commune italienne de la province de La Spezia, en Ligurie, et située au bord de la mer.
En bref, une minuscule cité avec une plage majoritairement privatisée et un minuscule port.


Lundi 20 juin 2016



Notre nuit n'a pas été des plus réparatrice. Ce n'est pas tellement dû au fait de camper mais plutôt parce que ce camping est extrêmement bruyant. Non seulement nous entendons la circulation sur la route adjacente mais, en plus, nous sommes entourés de familles avec enfants en bas âge qui ne vont pas dormir avant minuit et qui passent leur temps à tourner en courant autour de notre tente.

Aujourd'hui, nous avons décidé, en guise d'introduction, de nous rendre à Monterosso al Mare par le chemin côtier. Avant de nous mettre en route, nous passons par la supérette du coin afin d'y acheter quelques victuailles pour le pic-nic.



Le sentier côtier pour Monterosso démarre à l'est de la ville de Levanto et s'élève progressivement jusqu'à proposer une belle vue panoramique sur la cité.



Le chemin traverse ensuite des espaces plus sauvages entrecoupés de propriétés au sein desquelles poussent des citronniers.



Nous arrivons enfin en surplomb de Monterosso qui semble, vue d'en haut, encore plus urbanisé que Levanto...











La ville est de peu d'intérêt. Nous pic-niquons sur un banc public puis repartons en randonnée. Comme nous voulons éviter les chemins de randonnée payants, nous entamons l'ascension de la colline en direction du Santuario Nostra Signora di Soviore. Le dénivelé est vraiment très important et, sous cette chaleur, c'est en souffrant que nous atteignons le sommet. De ce magnifique point de vue, nous profitons du panorama tout en nous reposant quelque peu.

Nous continuons ensuite notre route en direction de Vernazza. Le chemin  nous amène en surplomb de ce village typique. La vue est époustouflante.






Après une belle descente, nous atteignons enfin le coeur du village. Ses petites ruelles sont charmantes ainsi que l'église située sur le port. C'est ce dernier qui nous laisse la meilleure impression. Nous nous y reposons tout en prenant le soleil.


















Fatigués par cette dure marche au soleil, nous regagnons finalement Levanto en train.

Mardi 21 juin 2016

Après une nouvelle nuit sans trouver réellement le repos et ceci pour les mêmes raisons que celles citées plus haut, nous décidons de prendre le train jusqu'à Riomaggiore et de marcher ensuite vers les villages situés plus au nord-ouest.

La gare est assez proche de notre camping. C'est donc à pieds que nous la rejoignons, non sans avoir fait un détour préalable par le supermarché du coin afin d'y acheter notre pique-nique.

Le trajet jusqu'à Riomaggiore est assez court et effectué dans un train confortable.

Nous cheminons donc à travers ce petit village plein de charme qui semble beaucoup plus fréquenté.

















Une fois Riomaggiore parcouru de long en large, nous nous mettons en route pour Manarola. sur le chemin, nous sommes confrontés à des centaines de marches d'escalier.




Nous atteignons le village que nous traversons et continuons ensuite notre route vers Corniglia.















Nous atteignons finalement Corniglia qui à la caractéristique de ne pas avoir d'accès à la mer.





 Nous regagnons finalement Levanto en train.

 Mercredi 22 juin 2016

 Ayant cheminé entre tous les villages des Cinque Terre, nous décidons aujourd'hui de changer totalement de point de vue et de les observer depuis la mer. L'excursion en bateau ne se déroulant que sur une demi-journée, nous décidons d'occuper notre matinée avec une promenade en kayak. 
Nous repérons donc un emplacement sur la plage de Levanto où nous pouvons aisément gonfler notre kayak gonflable et le mettre à l'eau.
Nous parcourons l'anse de Levanto de long en large puis dégonflons notre embarcation et la nettoyons.

Nous nous rendons ensuite à l'embarcadère de Levanto pour prendre le bateau.
Celui-ci effectue un arrêt à chaque village à l'exception de Corniglia qui n'a ni port ni embarcadère.

 Nous embarquons donc dans le petit port de Levanto et, avant d'appareiller, nous prenons quelques photos.




Le bateau va accoster dans tous les petits villages que nous avons découverts à l'exception de Corniglia qui ne possède pas de port. A chaque étape, il va débarquer des passagers et en embarquer d'autres. C'est, en fait, un bateau bus.

Nous abordons tout d'abord Monterosso qui, même de la mer, ne présente aucun intérêt...


Ensuite, nous voguons vers Vernazza, notre coup de coeur. De la mer, le petit port, surplombé par la petite église, est toujours aussi charmant.


Nous passons ensuite au large de Corniglia, village qui surplombe la mer.


La prochaine étape n'est autre que Manarola.


Finalement, nous arrivons à Riomaggiore.


L'excusrion nous emmène ensuite à Portovenere qui ne fait pas partie à proprement parler du parc national des Cinque Terre mais qui n'en est pas très éloigné.

Cette petite ville comporte une forteresse et une charmante église qui surplombent le port.





 La petite ville en elle-même est assez agréable bien que bondée en cette fin de mois de juin. Nous apprécions les maisons colorées le long du port, toutes transformées en magasins...



Après avoir flâné le long du port, tout en faisant du lèche vitrine, nous commençons l'ascension de la petite butte qui nous mène à l'église. Je suis fasciné par les motifs en bronze de la porte d'entrée;




L'arrêt à Portovenere n'est que de courte durée et nous laisse uniquement le temps de faire un petit tour du côté de l'église avant de regagner le bateau...

Nous embarquons donc pour faire le chemin en sens inverse.

Jeudi 23 juin 2016

Nous avons déjà parcouru les Cinque Terre en long, en large et en travers, alors que faire aujourd'hui?
Nous décidons donc d'aller visiter Pise. Nous décidons également qu'il s'agit de notre dernière journée en Italie car l'atmosphère bruyante et surpeuplée des campings de Levanto nous empêche de nous reposer...
Nous prenons donc le train direct pour Pise en gare de Levanto. Nous arrivons en début de matinée et, après avoir regardé un plan de la ville, nous nous dirigeons tout droit, au sortir de la gare, en direction de la célèbre tour.
Sur le chemin, nous croisons des blasons preuves de la grandeur passée de la ville, certaines maisons qui devaient appartenir à de riches commercants, etc.




Nous traversons ensuite le fleuve Arno avant de continuer vers l'esplanade de la Cathédrale.


Sur notre route, nous flânons et nous écartons parfois de la rue piétonnière principale. Nous y trouvons des magasins anciens, des bouquinistes, etc.



Après un crochet par une petite épicerie afin d'y acheter notre pique-nique, nous arrivons sur l'esplanade, en face de la célèbre tour.



Cette esplanade est vraiment magnifique même si surpeuplée.
Nous en faison le tour et sommes séduits par la tour, le baptistère et le dôme.



Nous flânons ensuite dans la ville mais, hormis l'esplanade, celle-ci ne compte vraiment rien d'attrayant...
Nous pique-niquons finalement dans la cour arborée d'un hôpital et remontons tout doucement vers la gare.
En chemin, une petite chapelle, située sur les rives de l'Arno, attire notre attention.



Après avoir pris un café sur une petite place ombragée, nous regagnons finalement la gare beaucoup plus tôt que prévu.
Nous sommes frustrés car cette ville n'a finalement rien d'autre à offrir que sa tour...

Nous montons donc dans le train mais voilà, il était écrit que cette journée ne serait pas la meilleure de nos vacances...
en effet, le train s'arrête d'abord en pleine nature sans qu'aucune raison ne soit donnée. Ensuite, il repart et s'arrête dans une petite gare où les controleurs font descendre tous les passagers du train. Nous parvenons enfin à comprendre qu'il y a eu un tremblement de terre à proximité de La Spezzia et que toutes les voies et tous les tunnels doivent être inspectés. 
notre train ne repartira donc pas!
Après un bon moment d'attente, nous montons finalement dans un bus qui nous emmène à La Spezzia d'où nous reprenons un train pour Levanto.
Malgré que nous soyons partis beaucoup plus tôt que prévu de pise, nous arrivons finalement beaucoup plus tard...

Vendredi 24 juin 2016

Nous nous levons et replions la tente et montons ensuite dans la voiture en direction de la France et des Alpes plus précisément.
Nous souhaitons en effet retrouver un peu de calme pour pouvoir nous reposer.

Après plusieurs heures de route, nous passons la frontière et arrivons au barrage du Mont Cenis. Sur la route du col, une marmotte nous souhaite la bienvenue.


Nous établissons nos quartiers dans un petit camping très calme, en bord de rivière, à Lanslebourg.


Samedi 25 juin 2016

Nous avons très bien dormi. Nous décidons aujourd'hui d'effectuer une petite randonnée entre Bonneval-sur-Arc et l'Ecot.

Arrivés à Bonneval, Nathalie me fait découvrir ce petit village qu'elle connait très bien vu qu'elle y a passé toutess les vacances de son enfance.
C'est un très joli village aux maisons de pierres et aux toits en lauzes.


Nous passons ensuite par une boulangerie, connue de Nathalie, qui vend de délicieux biscuits en forme de marmotte avec l'oeil en pépite de chocolat et achetons également du pain pour le pique-nique.

Ayant assez de provisions, nous pouvons enfin entamer la randonnée qui est bien fléchée.


 Sur le chemin, nous subissons une légère averse mais nous sommes récompensés de notre persévérance lorsque nous arrivons à L'Ecot où le soleil nous rejoint. Nous pique-niquons donc, assis sur une grosse pierre, en plein soleil, en comptemplant ce très beau paysage.


La petite église en pierres, sur son promontoir, donne beaucoup de charme aux lieux.



J'apprécie particulièrement les petites maisons en pierre avec les toits en lauzes.



Nous achevons notre journée en nous promenant le long de l'arc.


Dimanche 26 juin 2016

Une nouvelle bonne nuit nous a permis de nous reposer. Aujourd'hui, nous avons décidés de nous rendre au refuge du Petit Mont Cenis. 
Nous garons donc la voiture sur un parking à proximité du lac et enfilons nos chaussures de rando.

Le chemin est à nouveau bien indiqué.


Le chemin nous fait tout d'abord longer le lac, un peu en surplomb et nous croisons des panneaux nous rappelant que nous sommes bien ici sur une terre de...fromage.


 J'en profite au passage pour prendre quelques photos en noir et blanc des bords du lac qui ont un aspect lunaire.


 Nous entamons ensuite notre ascension au milieu des alpages. De très beuax paysages s'offrent à nous.


Et nous arrivons finalement au refuge du Petit Mont Cenis.


L'endroit est très joli même si fortement fréquenté. Ceci s'explique par le fait qu'il est accessible par une route et que les familles viennent s'yrestaurer.




Nous profitons même d'une mini exposition de photos prises sur les lieux. Certaines sont magnifiques!


Nous reprenons ensuite le chemin en sens inverse pour regagner la voiture.


En route, nous croisons quelques marmottes.



Arrivés à la voiture, la journée est loin d'être finie. Nous décidons donc de faire le tour du lac par le côté opposé (celui où il y a un chemin et pas de route).
Après quelques centaines de mètres, j'en viens presqu'à regretter notre choix: le chemin est défoncé et ma voiture pas du tout adaptée...
Finalement, en avançant prudemment nous parvenons à faire le tour du lac sans casse.
Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons pour acheter du fromage.

Lundi 27 juin 2016

Aujourd'hui, nous décidons d'aller randonner du côté de Pierre Grosse.
Le soleil est de la partie et c'est bien agréable.
La première partie de la randonnée est assez raide mais rien  d'insurmontable.
De nouveau, de très beuax paysages s'offrent à nous: pâtures, vaches, cascade. Nous devons même passer à gué la rivière située en contre-bas de la cascade...







Nous pique-niquons ensuite dans un hameau au milieu des marmottes.




Après une petite sieste au milieu de ce paysage de rêve, nous rebroussons chemin.
Encore une belle journée de passée.

Mardi 28 juin 2016

Pour les 2 jours à venir, nous avons pris une grande décision. Comme, malgré mon mal aigu des montagnes qui se déclenche d'habitude à 2000 mètres d'altitude, j'ai pu progressivement m'acclimater et randonner largement au dessus de 2000 mètres, nous allons tenter de monter, à notre aise, au refuge de Plan-sec où travaille une amie de Nathalie.
Nous comptons y passer la nuit et redescendre le lendemain. 

Nous abandonnons donc la voiture à Aussois et entamons l'ascension.
C'est raide mais le soleil est de la partie, ce qui met du beaume au coeur.

Nous arrivons tout d'abord à Plan d'aval. Dans la montée, j'ai perdu Nathalie que je retrouverai finalement au pied du barrage de Plan d'amont...
La vue est très belle.


Une fois Nathalie retrouvée, nous pique-niquons au pied du barrage de Plan d'amont. 
Nous contournons le lac et continuons notre ascension. Lors d'une pause, nous apercevons un chamois!
Nous continuons à monter. Je dois faire très attention de ne pas monter trop vite pour ne pas que mon rythme cardiaque s'emballe. Je sens que je flirte avec les limites du mal des montagnes.

En chemin, une marmotte peu farouche nous indique la direction.



Nous touchons finalement au but où nous sommes attendus par l'amie de Nathalie. Nous sommes récompensés par une part de tarte aux myrtilles, sommes installés dans une chambre double et pouvons ensuite profiter du panorama et de ces retrouvailles.











Il s'agit d'une grande première pour moi. Mes parents n'étant pas des montagnards, je n'ai jamais dormi dans un refuge de montagne.
Et, à l'âge adulte, je dois avouer que le mal des montagnes m'a toujours incité à ne pas passer de nuit au dessus de 2000 mètres...
Le soleil se couche sur le parc de la Vannoise et nous nous restaurons, comme le veut la tradition, en grandes tablées. 
Nous discutons avec un jeune hollandais, assis à notre table, qui fait le tour du massif.
Fiers de mon exploit, nous allons dormir tôt.



Mercredi 29 juin 2016

Nous n'avons pas trop mal dormi. Après le petit-déjeuner, nous décidons de redescendre sur Aussois par un autre chemin.
Nous passons, entre autre, à côté d'un ancien télégraphe.


 Nous pique-niquons en chemin, sur une aire prévue à cet effet. Un groupe de retraités randonneurs vient "squatter" notre table. Nous faisons preuve de politesse...

Une fois de retour à Aussois, nous décidons de visiter les forts de la vallée qui dates de l'époque Napoléonienne.
Certains se trouvent sur le parcours de la Via Ferrata.

Ces visites sont instructives et nous permettent de tuer le temps en attendant le dîner pour lequel nous devons retrouver l'amie de Nathalie dans un restaurant traditionnel.


 
 Comme la chaleur est étouffante, nous trouvons la fraîcheur des forts très agréable.

Nous passons ensuite une excellente soirée en compagnie de l'amie de Nathalie.

Jeudi 30 juin 2016

Il s'agit de notre dernière journée dans les Alpes.
Le ciel est gris et couvert...
Nous décidons donc d'aller randonner là où nous pourrons nous mettre à l'abris en cas de pluie, à savoir là où il y a des refuges.
La destination choisie est le refuge de Plan du Lac et, en fonction des conditions météorologiques, celui d'Entre Deux Eaux.
Nous laissons la voiture sur un petit parking et commençons la randonnée.




 Le ciel est toujours gris et, même si les paysages sont très beaux, ils l'auraient été encore plus sous le soleil.





Nous voyons, après très peu de temps, apparaître le premier refuge.

 


Nous décidons d'y entrer afin de nous y réchauffer et d'y déguster une bonne soupe.




A table, nous y retrouvons le Hollandais rencontreé à Plan Sec.
Nathalie, qui connait bien la région, lui donne quelques conseils pour la suite de son voyage.

Après le repas, nous reprenons la route vers le refuge d'Entre Deux Eaux.







 Nous l'atteignons finalement sans peine.


Sur le chemin du retour, nous croiserons un bébé marmotte, juste avant d'être pris dans une averse.



Vendredi 1er juillet 2016

Il est temps de regagner la Bretagne. Nous replions la tente, chargeons la voiture et nous mettons en route. Nous avons décidé de rentrer par le sentier des écoliers jusqu'à Bourgoin-Jailleu où un couple d'amis nous attend pour le dîner.
Nous descendons ainsi la vallée de l'Arc puis nous nous dirigeons vers Chambéry où nous faisons une pause sur les bords du lac du Bourget.

Ensuite, nous descendons la vallée du Rhône. Je ne connaissais pas cette route qui est très agréable.
En chemin, nous traversons le village d'Aoste, en France, qui joue sur son homonymie pour vendre du jambon...
Enfin nous atteignons Bourgoin-Jailleu où nous passons une excellente soirée avec nos amis malgré la défaite de l'équipe de Belgique face au Pays-de-Galle à l'euro de football.

Samedi 2 juillet 2016

Nous roulons toute la journée pour atteindre notre Bretagne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un court week-end à Cambridge avril 2018

Je sais, Cambridge ne fait pas partie du top 10 des "destinations où passer un week-end" dressé par les plus grands magazines q...