dimanche 26 février 2017

Ontario janvier 2017


Suite à notre séjour de l'année dernière (qui avait été un de nos coups de coeur des dix dernières années), nous nous étions promis d'y retourner cette année.
Nous voulions à nouveau voir ce beau pays sous la glace et la neige et si possible à la même période.
Je me suis donc mis a la recherche des tarifs les plus avantageux sur internet. Wow air et Icelandair se valaient.
Lors de mes recherches, une idée a germé: traverser l'Atlantique et profiter d'un "Stopover" au retour pour passer une semaine en Islande.
A ce petit jeu là, Icelandair se révélait être la compagnie la plus intéressante au niveau tarifaire. Pour seulement une bonne centaine d'euros en plus, par rapport à l'aller/retour sur l'Islande, nous pouvions traverser l'Atlantique.
Notre choix s'est porté sur Toronto comme destination.
Me concernant, j'ai toujours rêvé de voir les chutes Niagara et, si possible, gelées. Quant à Nathalie, elle m'a confié à plusieurs reprises son rêve de faire du patin a glace sur un lac ou une rivière gelée.
Toronto et l'Ontario se sont donc imposés comme la destination de choix pour essayer de réaliser nos deux rêves.

Du coup, j'ai effectué les réservations des billets d'avion, des logements sur Booking.com et AirBnB ainsi que des 4x4 aussi bien au Canada qu'en Islande.

Samedi 28 janvier 2017

Nous quittons la maisons un peu avant 14h, histoire de trouver à nous garer à proximité de la gare.

Nathalie me dépose d'abord a la gare avec nos 80 kilos de bagages et va garer la voiture.

Nous sommes finalement a la gare beaucoup trop tôt mais c'est mieux que trop tard...

Nous montons dans le TGV de 15h06 à destination de Montparnasse. Nous lisons durant le trajet. En ce qui me concerne, il s'agit d'une autobiographie d'un ancien agent du Mossad.

Nous arrivons à attraper la navette de 18h30 vers l'aéroport de Roissy- Charles De Gaulle.

Arrivés à l'aéroport, nous prenons la navette "Black Line" jusqu'au Millenium Hotel, hôtel 4 étoiles aux chambres spacieuses que nous avons obtenu à moins de 60 euros la nuit sur booking.com.



Il est trop tard pour profiter de la piscine et du sauna. Ce sera pour demain...

Nous mangeons des nouilles chinoises dans la chambre (qui est munie d'une bouilloire) et, après une bonne douche, nous nous couchons tôt.

Dimanche 29 janvier 2017

Nous avons passe une bonne nuit de 9h30. 
Nous prenons le petit-déjeuner dans la chambre.

Ensuite, nous allons piquer une tête a la piscine et profitons du hammam. Les vacances commencent très bien!



Après une bonne douche, nous prenons la navette jusqu'à l'aéroport avec nos 80 kilos de bagages!
C'est un des avantages des billets Icelandair lorsqu'on traverse l'Atlantique: 2 bagages de 23 kilos par personne!
Du coup, nous en avons profité pour prendre notre propre matériel: raquettes, patins a glace, etc.

L'hôtesse au check-in nous dit que ce n'est plus valable pour les billets achetés après le 18 janvier. Pour une fois, nous sommes chanceux!

Nous apprenons également que notre avion aura 30 min de retard.
J'espère que nous aurons notre correspondance car nous avons 1h10 entre nos 2 vols...
Nous allons demander à l'hôtesse que le vol sur Toronto nous attende.
Je ne voudrais pas perdre un jour de vacances supplémentaire alors qu'Icelandair a déjà annule les vols du samedi pour et en provenance de Toronto, que nous étions censés prendre initialement lorsque j'ai réservé...
Nous n'avons pas eu d'autre choix que d'accepter de partir le dimanche et de tout décaler d'une journée.

Finalement, l'avions pour Toronto nous attendu et nous parvenons à avoir notre correspondance.

Nous arrivons à l'heure à l'aéroport de Toronto Pearson où nous récupérons, avec bonheur, tous nos bagages qui auront donc suivi malgré le temps de connexion très court. Ils sont forts ces Islandais!

Avant de récupérer nos bagages, les formalités douanières se sont déroulées sans problème. il faut dire que nous avions notre AVE (autorisation de voyage électronique) qui est exigée pour toute entrée au Canada par avion (c'est l'équivalent de l'ESTA pour les USA).

Nous mettons ensuite un peu de temps à trouver l'agence de location de voitures Alamo où nous attend notre véhicule réservé via Carigami.fr.
Après prise en mains et chargement de notre VW tiguan 4 motion, nous nous mettons en route pour les chutes Niagara que nous atteignons vers 21h15.

Nous prenons livraison de notre chambre au "Ritz Inn and wedding Chapel", nous habillons chaudement et allons prendre quelques photos des chutes by night.



Elles ne sont malheureusement pas gelées mais... éclairées. En plus, aux environs de 23h, il n'y a pas un chat!
Nous ne trainons pas car la température est négative et il tombe quelques flocons.



  Nous nous endormons comme des masses.

Lundi 30 janvier 2017

Nous nous réveillons vers 6h du matin et avons finalement bien dormi. Est-ce grâce à la mélatonine ingurgitée la veille?

Lorsque nous ouvrons les rideaux, nous nous rendons compte qu'il a bien neigé. La voiture est couverte de neige!

  Après le petit-déjeuner, nous descendons à pieds voir les chutes. 




Elles ne sont pas gelées mais sous la neige, ce qui est tout de même très beau.


Les chutes du Niagara ou chutes Niagara  sont un ensemble de trois chutes d'eau situées sur la  rivière Niagara qui relie le lac Erié au Lac Ontario, dans l'est de l'Amérique du Nord, à la frontière entre le Canada et les Etats-Unis :

  1. le « Fer à Cheval » (Horseshoe Falls) ou chutes canadiennes ;
  2. les « chutes américaines » (American Falls) ;
  3. le « voile de la mariée » (Bridal Veil Falls), d’une taille moindre.
Bien qu’elles ne soient pas particulièrement hautes, les chutes du Niagara sont très larges. Elles sont les chutes les plus puissantes d’Amérique du Nord et parmi les plus connues à travers le monde.













Nous prenons quelques photos et reprenons ensuite la route pour la péninsule de Bruce.
Nous pique-niquons en chemin au milieu des champs.

A Owen Sound, nous croisons 2 jeunes filles mennonites.

Arrivés dans la péninsule, nous empruntons la route panoramique qui nous donne l'occasion d'admirer de magnifiques panoramas.








Il fait nuit lorsque nous arrivons à Tobermory où seul l'hôtel Princess est ouvert!

Mardi 31 janvier 2017

Nous sommes réveillés à 5h du matin...
Ce sont là les joies du décalage horaire!
Du coup, nous décidons de prendre une douche, de refaire nos sacs et d'aller prendre des photos de l'heure bleue sur le port de Tobermory que notre hôtel surplombe.
Ces couleurs bleues sur le port gelé sont magnifiques.










  Comme le petit-déjeuner n'est servi qu'à partir de 8h, nous prenons la voiture pour nous rendre à la pointe du phare où le lever du soleil colore l'eau et la glace de ses couleurs dorées. C'est somptueux!
















Nous prenons notre petit-déjeuner à l'hôtel: thé, poridge et toasts à la confiture. Nous sommes les seuls touristes de l'hôtel et probablement du village.

Ensuite, nous reprenons la voiture, que nous avons chargée au petit matin, en direction de Cyprus Lake. Nous faisons une randonnée le long du lac qui est complètement gelé et sur lequel des hommes ont établi un "campement" et roulent avec des motoneiges!







Lors de notre randonnée, nous recevons la visite de petits oiseaux qui se posent sur nous ainsi que de 2 écureuils.




Nous reprenons ensuite notre route qui nous mène à Sainte-Marie des Hurons dont la reconstitution du village ancien est fermée, contrairement à ce qu'il est écrit dans notre guide du routard...
Nous prenons une photo du site ainsi que des photos de gens qui s'amusent en motoneiges.








Nous remontons alors dans la voiture et prenons la direction du Parc Algonquin et, en route, nous marquons un bref arrêt sur les rives du lac Simcoe, également complètement gelé.
Nous y enneigeons notre Tiguan qui est pourtant "4 Motion"... Une petite poussée et elle ressort!

Enfin, nous arrivons dans l'Algonquin où une biche traverse devant nous, sur la route.

Nous atteignons le "Wolf Den Hostel" qui est parfait.



Nos hôtes nous expliquent les balades en raquettes à faire dans les environs.

Nous dinons, buvons une boisson chaude et au lit.

Mercredi 1er février 2017

Nous nous réveillons à 6h15. Nous progressons dans notre assimilation du décalage horaire...
J'ai très bien dormi, Nathalie un peu moins car elle a eu froid pendant la nuit.

Au saut du lit, nous découvrons qu'il a bien neigé et qu'il a du faire froid pendant la nuit. La voiture est couverte de neige.
Pendant que nous prenons notre petit-déjeuner, la neige continue d'ailleurs à tomber.




Après une bonne douche, nous nous mettons en route pour la rando raquettes que notre hôte nous a expliquée la veille.
C'est la première fois que nous allons étrenner nos raquettes. La paire de Nathalie étant un cadeau d'anniversaire que je lui vais fait il y a 2 ans...








Nous faisons la randonnée conseillée la veille mais ne pouvons atteindre les chutes qui se trouvent à l'extrémité car le chemin n'est pas balisé et que nous ne voyons plus de traces. Nous sommes donc obligés de rebrousser chemin.

Après notre pique-nique en pleine nature, nous allons visiter les Ragged Falls qui sont partiellement gelée et qui se situent à quelques centaines de mètres à peine de notre "tanière du loup".



 

Nous continuons la randonnée le long de la rivière. Somptueux!
On se croirait dans un film!




Exténués, nous rentrons à l'hôtel. Une des personnes logeant à l'hôtel a vu des loups dans le parc et nous en montre les photos.
Nous buvons un thé et nous détendons.

La soirée se poursuit avec un sauna suivi d'un bon dîner et enfin un peu de lecture au salon.
A noter qu'après le sauna, nous nous sacrifions à la tradition de nous rouler "nus" dans la neige.

Jeudi 2 février 2017

Les nuits sont toujours aussi bonnes.
Après le petit-déjeuner, nous nous mettons en route pour le Parc Algonquin proprement dit. Nous nous acquittons du droit d'entrée et prenons la direction du point de départ de notre rando.


La température est de -15°C lorsque nous entamons la randonnée de "Bat Lake".
 

C'est une très belle randonnée que nous faisons avec nos raquettes. Bien emmitouflés dans nos vestes et bonnets, nous ne souffrons pas de froid.






  

De retour de rando, nous déjeunons dans la voiture en plein milieu du camping déserté de "Mew Lake" avec une vue superbe sur le lac.

Ensuite, nous reprenons la route d'Ottawa.

Après avoir pris possession de notre chambre et déposé nos bagages, nous partons à pieds vers le centre ville situé à 15 minutes de marche à peine.
Je prends quelques photos du parlement et nous nous dirigeons ensuite vers le canal du rideau qui est gelé et ouvert au public.



Il s'agit de la plus grande patinoire du monde et...à ciel ouvert de surcroit!
Nathalie peut enfin réaliser un de ses rêves d'enfant: patiner en extérieur sur un lac ou une rivière gelée. Ca, c'est fait! Et de nuit, en plus...

N'ayant pas de patins, je sirote un chocolat chaud pendant qu'elle savoure, les yeux brillants, ce moment tant attendu.

Ensuite, nous regagnons la guesthouse après une petite pause Chawarma.

Vendredi 3 février 2017

La nuit a été correcte, sans plus.
Après un petit-déjeuner gargantuesque (omelette de 2 cm d'épaisseur + toasts + confiture + jus d'orange + thé), nous filons sous le soleil vers le canal rideau que nous descendons sur 1.5 km. 


Nathalie le descend en patins, moi à pieds.











Nous allons jeter un coup d'oeil aux écluses du canal d'où nous avons une belle vue sur le musée des civilisations et sur le pont Alexandra.













 Nous traversons ensuite le Marché By et allons jeter un coup d'oeil à l'ancienne école Guigues.




Établi par le Lieutenant-colonel John By, constructeur du canal Rideau, en 1826, le marché By est l’un des plus anciens et des plus grands marchés publics au Canada; les fermiers et les artisans de la région de la capitale y viennent vendre leurs marchandises. À l’été, jusqu’à 175 kiosques extérieurs sont installés.
Les origines de l’école Guigues remontent à 1864. C’est en 1889 que cette école prend le nom « Guigues » et c’est une des plus grandes écoles qui ouvre ses portes en 1904. Des milliers d’élèves ont fréquenté cette école jusqu’à sa fermeture en 1979. L’édifice est rénové de 1995 à 1997; depuis 1997, il héberge le Centre de service Guigues, un centre de services pour personnes aînées.
Cette école a été très importante dans la lutte contre le Règlement 17, une loi de 1912 qui voulait interdire l’enseignement en français dans les écoles d’Ottawa et de l’Ontario.

Ensuite, nous nous rendons au musée des Beaux-Arts connu pour l'araignée géante située sur le parvis. 





Maman est une sculpture de la plasticienne Louise Bourgeois . Dédiée à la mère de l'artiste, elle prend la forme d'une gigantesque araignée.
La sculpture représente une araignée monumentale, d'environ 10 m de hauteur pour autant de large. Son abdomen et son thorax sont, dans la plupart des versions, en bronze. Sous son corps, elle comporte un sac contenant 26 œufs en marbre. Les extrémités des huit pattes de l'araignée sont les seuls points de contact de la sculpture avec le sol, et les pattes s'élancent ensuite presque à la verticale, avant d'obliquer sous l'horizontale pour rejoindre le reste du corps de l'animal.
Selon les propres termes de l'artiste : « L'araignée est une ode à ma mère. Elle était ma meilleure amie. Comme une araignée, ma mère était une tisserande. Ma famille était dans le métier de la restauration de tapisserie et ma mère avait la charge de l'atelier. Comme les araignées, ma mère était très intelligente. Les araignées sont des présences amicales qui dévorent les moustiques. Nous savons que les moustiques propagent les maladies et sont donc indésirables. Par conséquent, les araignées sont bénéfiques et protectrices, comme ma mère. »

Nous pique-niquons au soleil puis traversons le pont Alexandra pour nous retrouver à Gatineau au Québec.







Nous prenons un café et un chocolat chaud au musée des civilisations et nous dirigeons ensuite vers le parc Jacques Cartier pour aller y admirer les sculptures sur neige.













Nous longeons ensuite la rivière des Outtaouais, côté québecquois, jusqu'au pont qui nous amène au musée de la guerre dont l'architecture est particulière.





La faim se faisant sentir, nous retournons au Marché By afin d'y déguster une "Queue de Castor".
La queue de castor est une spécialité canadienne, à mi-chemin entre la gaufre et le beignet. La pâte, à base de farine complète, est étirée pour ressembler à une queue de castor, puis frite dans l’huile. Elle est ensuite tartinée avec au choix: du nutella, des pommes et de la cannelle, etc.



De là, nous revenons au canal rideau où nous allons admirer les sculptures sur glace dans le parc des confédérations.








Enfin, nous remontons le canal gelé en patins et à pieds jusqu'à la guesthouse.

Samedi 4 février 2017

Après le petit-déjeuner et le chargement de la voiture, nous prenons la route pour le parc de la Gatineau qui est situé dans la belle province du Québec bien que situé à seulement 13 km d'Ottawa...

Nous nous arrêtons au centre des visiteurs et demandons conseil pour réaliser une petite randonnée en raquettes. On nous conseille un itinéraire qui combine les randonnées n°60et 61.
Nous nous acquittons du droit d'entrée et partons en pleine nature.

De retour de cette belle balade, nous reprenons la voiture en direction de Toronto.
Nous pique-niquons en route.

Ensuite, nous faisons route jusqu'à brockville où nous faisons un petit crochet par les bords du Saint-Laurent, à la recherche de beaux points de vue sur les Mille îles.






De là, nous reprenons la monotone Highway 401 West jusqu'à la sortie 566 où nous bifurquons vers Picton, située sur l'île du Prince Edward.

Nous faisons le tour de l'île et regagnons la 401 West en direction de l'aéroport de Toronto.

Nous prenons possession de notre chambre à l'hôtel Comfort Inn, vidons la voiture et la ramenons chez le loueur à l'aéroport.
La navette de l'hôtel nous y ramène et nous mangeons (une poutine pour moi et une salade + tranche de pizza pour Nathalie).

Nous prenons une bonne douche chaude puis au lit.

Dimanche 5 février 2017

La nuit a été bonne sauf pour Nathalie qui a eu froid...
Après une bonne douche, nous allons prendre un petit-déjeuner gargantuesque: omelette avec des saucisses et des toasts, gruau au sirop d'érable et sucre brun, pancakes, jus d'orange, café, patisseries, yaourt. Nous sommes bien calés!
Nous retournons à la chambre pour refaire nos sacs que nous laissons à la réception de l'hôtel.

Shumal, le chauffeur de la navette de l'hôtel, nous emmène au terminal 1 où nous prenons le UPexpress (Union-Pearson express), le train qui relie l'aéroport au centre ville.
Sur conseil de notre chauffeur, nous allons trouver les employés du UPexpress qui pour le prix d'un aller simple (12 dollars), nous donnent des billets A/R valables 7 heures. Ce qui nous arrange bien car nous devons être à l'aéroport vers 17h-17h30. Merci Shumal pour ce conseil.

Arrivés à union Station, nous nous dirigeons vers la CN Tower, la Rogers Arena et le musée des chemins qui expose quelques pièces en plein air.






  Ensuite, nous prenons la direction de la Marina, du marché couvert, nous remontons jusqu'à la cathédrale et empruntons ensuite la Queen Street, la rue des hôtels de ville (l'ancien et le nouveau).
devant le nouvel hôtel de ville, des personnes de tout âge s'adonnent au patinage sur glace.














Après une courte pause afin de rgarder ce petit spectacle, nous continuons notre chemin vers l'ouest.



Nous remontons la rue Spadina, le vieux China Town, avant d'emprunter la Kensington Avenue qui, avec Baldwin Street et Augusta Avenue, représente le coeur du quartier alternatif où graffitis, boutiques bio et boutiques "tibétaines" sont légion.





Nous remontons encore plus au nord en traversant le campus universitaire au style très britannique.

Enfin, nous atteignons Bloor Street et le ROM (Royal Ontario Museum) à l'architecture futuriste.


Là, je me rends compte que la gare du UP se situe à l'extrémité ouest de Bloor Street! Je me suis fait avoir comme un bleu!
Nous n'avons pas assez de temps pour nous y rendre à pieds, du coup nous sautons dans un taxi dont le chauffeur ne sait pas où se trouve la gare. Je lui indique donc sur le plan!
Nous arrivons à temps à la gare, montons dans le train jusqu'au Terminal 1, prenons la navette jusqu'à l'hôtel et récupérons nos bagages.
Nous prenons un café (pour moi) et un thé (pour Nathalie) et remontons dans la navette avec nos bagages jusqu'au Terminal 3.
Nous enregistrons nos bagages, passons les contrôles de sécurité et arrivons au "Duty Free".
Là, je me surprends à chercher le whisky préféré de mon père qui est décédé au mois de novembre...
Je me mets à pleurer car il prenait beaucoup de plaisir lorsque nous lui racontions nos voyages. Il nous posait des questions sur ce que nous avions vu, ce que nous avions mangé, etc.
Lui qui avait été un grand voyageur à son échelle et qui nous avait mis le voyage dans le biberon, aimait également voyager par procuration...
Les moments de partage ne seront malheureusement plus...

Nous achetons un thé à l'aéroport et embarquons. c'est bien la première fois que je pleure en montant dans un avion...
Nous avons plus de place pour les jambes qu'à l'aller, personne avec qui partager notre rangée et la cabine est éclairée à la façon d'une aurore boréale.



Nous mangeons le repas que nous avons emporté et tentons de dormir.

Au revoir l'Ontario et le Canada et à nous l'Islande!

Articles en rapport: 
La Queue de Castor
La poutine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un court week-end à Cambridge avril 2018

Je sais, Cambridge ne fait pas partie du top 10 des "destinations où passer un week-end" dressé par les plus grands magazines q...