mercredi 8 mars 2017

Islande février 2017


Nous effectuons ce voyage en Islande à l'occasion d'un "Stopover" effectué sur le chemin de retour de notre voyage en Ontario.

Lundi 6 février 2017

Cette année, notre arrivée en Islande est différente de celle de l'année passée, bien qu'exactement à la même période, et ceci pour deux raisons: la première est que nous arrivons de l'ouest (Toronto) et la seconde est que nous nous posons au petit matin alors qu'il fait encore nuit.

Comme vous pouvez le lire dans le compte-rendu de voyage en Ontario, nous profitons de la possibilité offerte par la compagnie Icelandair d'effectuer, sur les vols transatlantiques, un StopOver en Islande de maximum 7 jours à l'aller ou au retour.

A l'attérrissage, nous nous rendons compte qu'il y a un peu de neige sur l'aéroport de Keflavik, ce qui n'était pas le cas il y a une semaine.
Nous atterrissons à 6h15 du matin , récupérons nos bagages et prenons livraison de notre voiture de location: une Suzuki Jimny, comme l'année passée.
Nous allons donc passer une nouvelle semaine en Gypsie (le surnom que nous lui avions donné lors de notre séjour de l'année passée).
Nous nous mettons directement en route car nous connaissons déjà à la fois la voiture et les lieux.
Nous prenons la direction de l'est: Selfoss, Vik.
Au sortir de la péninsule de Reykjanes, il n'y a déjà plus de neige, ce qui nous change considérablement des conditions climatiques de l'année passée où la neige et la glace étaient totalement omniprésentes...
Les paysages s'en trouvent totalement modifiés. Une teinte "fauve" est dominante alors que l'an dernier, le blanc régnait en maître...

A Selfoss, je fais le plein de la voiture car notre Gypsie a un gros appétit et un tout petit réservoir. Et comme en Islande, les stations service peuvent être très éloignées, il vaut mieux prévenir que guérir!

En route, nous nous arrêtons tout d'abord à Seljalandsfoss. 
L'année dernière, les abords de la chute étaient gelés, ce n'est plus le cas aujourd'hui...





Nous pouvons même passer derrière la cataracte, ce qui était impossible il y a un an.





Je remarque qu'il y a beaucoup plus de monde que l'année passée, des bus circulent sur la route n°1 (ce n'était pas le cas l'année dernière) et les touristes circulent dans des véhicules non tout-terrain.

Nous reprenons la route pour Skogar et sa chute: une petite photo et puis s'en vont...


Ensuite, nous nous arrêtons sur le parking de la piste qui mène à l'épave du DC-3 américain. Nous l'avions loupé l'année passée à cause de la neige mais, ce ne sera pas le cas cette fois-ci!
Pour nous rendre à la carcasse, nous devons laisser la voiture sur le parking et marcher (la piste est fermée pour les véhicule) mais, entre temps, le vent s'est levé et c'est dans une véritable tempête de sable noir que nous cheminons.


Après 3,8 km de marche héroïque, nous atteignons le but.

Le voici ce fameux DC-3 de l'US Navy que l'on peut apercevoir dans le clip "I'll show you" de Justin Bieber!





Pour la petite histoire, en pleine Guerre Froide, le 24 novembre 1973, alors que l’US Navy avait une de ses bases militaires à Keflavík, un de leurs avions a été contraint de s’écraser sur la plage de sable noir de Sólheimasandur suite à un problème de carburant. Tout l’équipage a survécu, mais la carcasse de l’avion est restée là, béante, depuis tout ce bout de temps...

Nous prenons quelques photos de cet avion dans ce décor si particulier et rebroussons chemin dans les mêmes conditions apocalyptiques, qui se sont même aggravées vu que la pluie est venue se mêler à la partie...
Nous sommes trempés lorsque nous atteignons la voiture.

Au vu des bourrasques de vent, nous renonçons à nous rendre aux falaises de Dyrholaey.
Face au déluge, nous renonçons également aux falaises de Vik où nous faisons tout de même quelques courses.

Nous filons sur la route n°1, traversons le champ de lave de Skaftareldahraun pour finalement atteindre notre guesthouse à Kirkjubaerjarklaustur.
Nous gardons le champ de lave et les falaises pour le retour.

Nous prenons nos quartiers, faisons sécher nos vêtements et allons dîner.

Exténués par le peu d'heures passées à dormir dans l'avion, nous nous couchons à 20h.

Mardi 7 février 2017

Après 12 heures de sommeil réparateur, nous nous levons, reposés, et allons prendre une bonne douche et ensuite un copieux petit-déjeuner.





Nous prenons ensuite la direction de l'ouest, toujours sur la route n°1, et marquons un premier arrêt à Foss a Sidu pour y admirer la très belle chute d'eau.





Un peu plus loin sur la n°1, nous nous arrêtons à Dverghamrar, citadelle de colonnes de basalte assez surprenante.









Nous continuons ensuite sous la pluie, passons à côté des vestiges d'un pont (le pont de la Skeiðará) détruit par le jökulhlaup du Grímsvötn en 1996 et atteignons finalement le pied du glacier Hvannadalshnjúkur. Nous y prenons quelques photos mais la pluie est toujours aussi féroce ainsi que les rafales de vent.









Lorsque nous arrivons au Jokulsarlon, la pluie ne s'est pas arrêtée...

Le Jökulsárlón, toponyme islandais signifiant littéralement en français « lagune du glacier », est le plus connu et le plus grand des lacs proglaciaires en Islande. Il se trouve au sud du glacier Vatnajökull entre le parc national du Vatnajökull et la ville de Höfn. Apparu entre 1934 et 1935, sa superficie est d'environ 18 km2 actuellement. Sa profondeur maximum de 260 mètres lui donne la première place entre les lacs les plus profonds du pays.

Les blocs de glace se détachant du front du glacier Vatnajökull, plus précisément de la langue du Breiðamerkurjökull, dérivent sur le lac, puis rejoignent la mer. Ils s'échouent alors fréquemment sur la plage de sable noir. Les couleurs de ces petits icebergs vont du turquoise au bleu foncé, en passant par le jaune qui vient du soufre volcanique, le noir qui vient de la cendre des volcans et le blanc en plusieurs nuances.

Ce lac a été le cadre de deux films de la série James Bond (Dangereusement vôtre et Meurs un autre jour) ainsi que d'un Batman (Batman Begins). Il a également servi au décor du village de Sibérie dans le film Lara Croft: Tomb Raider.



Nous pique-niquons dans la voiture en espérant une accalmie qui ne vient pas immédiatement.
Nous sortons entre les gouttes pour prendre quelques photos et renonçons à la randonnée prévue le long de la rive est du lac, de peur d'être pris dans une averse.


Nous photographions les "Icebergs", la plage de sable noir parsemée de blocs de glace et retournons enfin près du lac.










Là, la pluie cesse enfin de tomber et les rayons du soleil font enfin leur apparition.






Nous prenons quelques photos et, comme par magie, une dizaine de phoques font leur apparition et viennent nous rendre visite.






Alors que la journée avait commencé de façon peu optimale en raison des conditions météorologiques, elle se termine plutôt bien!







Nous rentrons à la guesthouse, écrivons notre journal et allons manger.
Au vu de la couverture nuageuse, nous n'iront pas chasser les aurores boréales aujourd'hui!

Mercredi 8 février 2017

La nuit a été moins bonne que la précédente à cause de la garnison du colonel Hathi qui logeait à l'étage supérieur.
Après un petit-déjeuner à nouveau gargantuesque, nous reprenons la direction de l'ouest.
Nous marquons un premier arrêt à Kirkjubaejarklaustur où nous allons admirer tout d'abord le Kirkjugolf (des dalles hexagonales qui sont, en fait, le sommet de colonnes de basalte) ainsi qu'une petite cascade située juste à côté.




 Le vent est moins présent qu'hier mais la pluie, elle, est bien là!

Nous profitons d'une accalmie pour aller voir "Systrafoss" (la cascade des bonnes-soeurs) qui dévale la falaise située juste derrière le village.




La pluie n'arrête pas de tomber mais cesse tout de même lorsque nous abordons une piste sillonnant dans les champs de lave de
Skaftareldahraun.






A Vik, les conditions météorologiques sont à nouveaux apocalyptiques: trombes d'eau, rafales de vent, etc.
Nous "visitons" le magasin "Icewear", montons à la chapelle en voiture, allons voir la plage de sable noir et les fameux rochers.
Les photos que nous prenons sont faites directement depuis la voiture!


Ensuite, nous prenons la route de Dyrholaey. Cette route était inaccessible l'année dernière en raison d'une congère située au niveau de l'embranchement avec la N1.
Là-bas, le spectacle de la tempête sur les falaises est somptueux.




Nous empruntons ensuite la piste qui monte jusqu'au phare d'où nous avons une belle vue panoramique.





Nous repartons sur la N1, toujours vers l'ouest, et empruntons le début de la piste qui mène à Porsmork.
Les montagnes sont multicolores et de toute beauté! 


Comme promis à Nathalie, je fais demi_tour au premier passage à gué. En effet, le réservoir d'essence st à moitié vide, la piste est peu fréquentée car nous sommes en hiver et il va faire nuit dans moins de 2 heures. 


Sur le chemin du retour, je passe le volant à Nathalie car elle n'a jamais conduit sur une piste.


Nous allons ensuite saluer brièvement les îles Vestmann et gagnons Hvolsvullur où nous prenons nos quartiers chez Gudjon qui loue des chambres via AirBnB et où nous avions logé l'année dernière.
Il nous reconnait tout de suite et son chien Ringur vient nous saluer.
Comme nous sommes des "habitués", Gudjon nous donnes la chambre la plus grande alors que nous avions réservé la plus petite...
Nous mangeons un croque-monsieur "maison" préparé dans la kitchenette mise à notre disposition et filons en espérant voir des aurores boréales mais la couverture nuageuse est trop importante et nous rentrons assez vite chez Gudjon afin de nous coucher de bonne heure.

Jeudi 9 février 2017

Il est 8h45 lorsque nous nous réveillons.
Nous prenons une douche et un petit déjeuner rapide car Gudjon est venu nous demander si ca tenait toujours pour la promenade à cheval que nous lui avions demandé la veille.
Et oui, Gudjon élève une bonne dizaine de moutons ainsi que 25 petits chevaux islandais.
Nous nous étions promis, l'année dernière, de monter ces petits chevaux adorables et pleins de caractère la prochaine fois que nous poserions le pied en Islande.
A 10h, nous entamons notre promenade d'une bonne heure sur Sin et Duur. Ces chevaux ont du peps, répondent très bien et sont très agréables à monter.


La dernière fois que nous étions monté à cheval doit remonter à notre voyage en Andalousie...
Après un bon thé que Gudjon nous invite à boire chez lui, nous lui disons au revoir et à la prochaine fois.
Il nous a même proposé, pour un prochain séjour, si c'est au printemps ou  en été, de nous organiser un petit séjour dans les montagnes avec comme logement des cabanes de bergers.
Nous retenons le proposition!





Nous prenons la route de Selfoss où nous nous arrêtons au Koffi Kruss où nous étions allé manger deux fois l'année passée. Nous avions adoré cette adresse!

 
Nous prenons 2 soupes du jour qui, comme d'habitude, sont faites maison, délicieuses et servies à volonté (ainsi que le pain et le beurre).





Le ventre plein, nous gagnons Laugarvatn où nous allons nous détendre au complexe aquatique Fontana qui possède également un accès au lac.
Nous nous étions déjà rendu, il y a un an, dans ce complexe construit sur une source chaude.
Nous apprécions sa taille et son prix modeste en comparaison avec le Blue Lagoon.
Il est nettement plus fréquenté cette année!
Nous nous relaxons dans les bains à différentes températures et plongeons dans le lac (dont la température de l'eau est à 10°C) après un bon sauna.





Nous gagnons ensuite Keflavik sous les magnifiques lumières du soleil couchant.

Vendredi 10 février 2017

Le ciel est dégagé et il ne pleut pas.
Après le petit-déjeuner, nous nous mettons en route pour Seltun, sur les bords du Kleifarvatn, où nous refaisons la petite promenade autour des sulfatares.










De là, nous partons pour une randonnée de 2 heures, sur les hauteurs du Kleifarvatn, qui nous emmène jusqu'à un sommet duquel nous pouvons de l'autre côté de la péninsule de Reykjanes.













Nous pique-niquons au bord du lac et roulons ensuite sur la 427 en direction de Porlakhofn que nous dépassons, après avoir traversé le champ de lave, pour enfin atteindre "notre" plage de sable noir coincée entre mer et lagune.




  Nous marchons un peu sur la plage mais la pluie se met vite à tomber.
Nous rentrons donc sur Keflavik où nous faisons quelques courses ainsi que le plein de la voiture.

Samedi 11 février 2017

Il s'agit de notre dernière journée en Islande.
Lorsque nous nous levons, il ne pleut pas... encore.
Nous décidons d'aller faire le tour de la péninsule de Snaefellnes située sur la côte ouest de l'Islande.
Nous montons dans la voiture et mettons le cap plein nord (Non, non, ce n'est pas une aberration! De Keflavik, nous partons bien en direction du nord).

Nous prenons la N1 jusqu'à Borgarnes et, pour raccourcir le temps de route, nous passons par le tunnel de Hvalfjordur qui passe sous un magnifique fjord que nous découvrons une fois de l'autre côté.

 
A brogarnes, nous avons droit à de belles couleurs sur la mer et les montagnes.




Nous bifurquons sur la 54. Peu après Borgarnes, nous nous trouvons face à une minuscule plage envahie de blocs de glace et surplombée par une jolie petite cascade.




  
Nous porsuivons notre route jusqu'à la ferme d'Ytri Tunga où nous nous arrêtons pour admirer les phoques qui y ont élu domicile.
Nous avons la chance d'en apercevoir quelques uns.







Nous reprenons la route et quittons la 54 pour la 574 qui fait le tour de la péninsule. La pluie commence à tomber et le vent se lève...

Nous faisons un petit détour par l'église de Budir qui est un petit édifice tout habillé de bois noir, isolé en plein milieu d'un champs de lave.


Nous longeons le pied du volcan Snaefellsjokul (nous voyons la piste d'accès 570) dont le sommet est couvert par les nuages.

Nous arrivons enfin à Arnarstapi sous un véritable déluge. Nous nous ravitaillons en carburant et décidons de faire demi-tour pour entrer à Keflavik.

Sur le chemin du retour, nous voyons une indication pour une source chaude dont l'accès est malheureusement fermé...

Nous reprenons le tunnel (1000 Kr) en sens inverse.

Arrivés à la guesthouse, nous refaisons nos sacs, prenons une douche, mangeons et nous mettons au lit à 21h.

Dimanche 12 février 2017

Le réveil sonne à 4h du matin. Nous nous mettons en route pour l'aéroport où nous déposons la voiture et regagnons notre Bretagne.
Les souvenirs de ce deuxième séjour en Islande sont un peu plus mitigés en raison de la météo et de l'absence de neige et de glace...

Articles en rapport:
Islande février 2016
La douche islandaise
Kaffi Krus

1 commentaire:

  1. Très bel album
    Je retrouve la plupart des lieux dans lesquels nous nous sommes baladés , sauf ceux de l'intérieur comme Landmannalaugar par exemple !!
    C'est chouette de revoir ces lieux fabuleux !!
    Merciii
    Amitiés

    RépondreSupprimer

Un court week-end à Cambridge avril 2018

Je sais, Cambridge ne fait pas partie du top 10 des "destinations où passer un week-end" dressé par les plus grands magazines q...