mercredi 7 juin 2017

Yucatan mai 2017


Depuis que j'ai 15 ans, je rêve d'aller au Mexique!
Cette envie date en fait de l'époque où mon parrain m'avait offert un livre intitulé "Et l'Amérique découvrit Christophe Colomb", livre dans lequel je me suis plongé des heures durant.

Pourquoi n'ai-je jamais réalisé mon rêve? Excellente question!
Il y avait toujours de plus ou moins bonnes raisons: la violence au Mexique, le prix des billets d'avion, la mauvaise période, etc.
Et si la vraie raison était la peur que la réalité ne soit pas à la hauteur du rêve?

Finalement, à un moment donné, il faut prendre son courage à 2 mains et affronter la réalité!
Je me suis donc mis à scruter les prix des billets d'avion et suis tombé sur une super promotion d'American Airlines sur les vols pour Cancun. Mais une fois mes renseignements pris, cette compagnie s'est avérée peu fiable au niveau des horaires et des correspondances et, au vu de mes obligations professionnelles, je ne pouvais pas me permettre le moindre écart à ce niveau là.
Par chance, quelques jours plus tard, United Airlines s'est aligné sur les tarifs de son concurrent tout en bénéficiant d'une meilleure réputation et en offrant plus de possibilités de correspondances qui constituent autant de possibilités de repli en cas de retard de vol ou de correspondance ratée.

J'ai donc réservé mes billets.


J'ai acheté deux guides de voyage et préparé mon aventure.



Vendredi 5 mai 2017: Saint-Brieuc-Paris nord

Ca y est, c'est parti! Il est 18h12 et je suis confortablement installé dans la voiture 13, place 34 de l'IDTGV qui va m'emmener à Paris.
À bord, je dévore 2 sandwiches achetés au supermarché ainsi qu'un récit de voyage à bord du transsibérien que Nathalie m'a offert.

Je reste toutefois très vigilant afin de ne pas me faire à nouveau dérober mon sac photo.

J'arrive à Montparnasse à 21h15. Je saute dans le métro et arrive sur le coup de 22h à mon hôtel situé  2 pas de la gare du nord.

À la lecture des commentaires sur internet, je m'attendais au pire mais cet "hôtel du Brabant" réservé sur booking au tarif de 50 euros la nuit n'est pas si mal. Trouver un hôtel à ce prix là au centre de Paris et proche d'une gare, du métro et du RER relève de l'exploit!



Après une bonne douche, il est temps d'aller dormir.

Samedi 6 mai 2017: Paris nord-Roissy CDG-Newark-Cancun-Tulum

Mon réveil sonne à 7h du matin. Je monte dans le RER a la gare du nord. Hier, le RER B était paralysé... J'ai de la chance! Je descend à l'arrêt cdg 1 et prend le cdg val jusqu'au terminal 1. Au check-in United, l'hôtesse est charmante dans tous les sens du terme.




Le vol décolle à l'heure, j'ai de la place pour mes jambes, le service est bon et je regarde 3 films dont un qui m'a vraiment marqué: "Lion".

Nous attérrissons à Newark à l'heure, je récupère mes bagages, passe la douane, redépose mes bagages et repasse les contrôles sans me presser. J'arrive devant la porte du vol pour Cancun bien en avance.
Du coup, j'en profite pour manger un plat de pad thaï car aucun repas n'est servi sur les vols intérieurs chez United. Et Cancun est considéré comme un vol intérieur...



À Cancun, je récupère mes bagages,retire de l'argent et me rend au bureau de Nexus tour qui va m'acheminer vers Tulum. Vu mon heure d'arrivée tardive, j'avais réservé un transport sur airportshuttle.com.
Il est 0h30 lorsque Nico le chauffeur me dépose à l'hôtel.
Le temps d'avaler un comprimé de melatonine (pour m'aider à encaisser le décalage horaire) et il est 1h lorsque je m'endors.



Dimanche 7 mai 2017: Tulum

Malgré les près de 24 heures de voyage et le comprimé de melatonine avalé hier soir, je suis réveillé à 7h. Mais bon,j'ai tout de même bien dormi...
Je prends une bonne douche froide (le chauffe-eau doit être solaire), prends un bon petit-déjeuner (omelette, toasts, confiture, céréales, café), fais un tour rapide de l'auberge de jeunesse où je loge et je vais faire un tour dans le village. 









Il n'y a vraiment pas grand chose à voir hormis quelques commerces typiques et de Coccinelles VW... Ça me permet tout de même de voir où se trouve la gare des bus où je dois me rendre demain.


































De retour à l'hôtel, je loue un vélo et roule jusqu'à Tulum Playa. C'est tout de même​ décevant qu'autant de portions du littoral soient privatisées...



J'arrive cependant à faire quelques photos et à ramener du sable pour les amateurs.









En chemin, je m'arrête au cenote kape-ha qui est une arnaque (70 pesos) où je me suis fait dévorer par les moustiques. 








Sur le retour, je pousse jusqu'à la Playa Santa Fe située dans le parc national deTulum.



C'est une magnifique plage de sable fin située au pieds des ruines Maya de Tulum. L'eau est d'une couleur turquoise magnifique.







Après l'exploration de la côte, je rentre à l'hôtel, je me change (enfile un maillot de bain) et me rends au Grand Cenote. Celui-ci vaut son prix (180 pesos) et il est bien agréable de se baigner dans cette eau limpide. 


Les cenotes sont des gouffres d'effondrement, en milieu karstique, totalement ou partiellement remplis d'eau douce.
Ils font office de puits naturels qui peuvent atteindre plusieurs mètres de profondeur.

Lorsque je descend jusqu'au plan d'eau, ce qui me frappe c'est son bleu cristallin et sa transparence.




Ensuite, je succombe à l'envie de plonger dans cette eau fraîche. 





J'y fait des selfies...



Enfin, je m'aventure dans les profondeurs et je m'amuse à regarder d'abord vers le haut.



Puis vers le bas...




En regagnant la sortie, des tortues viennent me saluer.




Je rentre ensuite me changer​ et repars pour visiter les ruines Maya de Tulum.

Le site archéologique se trouve à 4 km du village et 800 m de la route.
Ce qui rend ce site tellement unique, c'est sa position au sommet d'une falaise qui surplombe la mer des Caraïbes.
Tulum signifie "forteresse en Maya". Cet ensemble est caractéristique du style maya-toltèque. Les édifices étaient recouverts d'une épaisse couche de stuc peint de couleurs vives. 
La cité est entourée d'une épaisse muraille sur 3 côtés. Le 4ème côté, lui, fait face à la mer du haut d'une falaise de 12 mètres. 
A l'intérieur des remparts, on trouve une cinquantaine de petits édifices (des temples et des habitations pour les nobles et les prêtres). Le peuple vivait à l'extérieur et ne pénétrait à l'intérieur de l'enceinte sacrée qu'à l'occasion des cérémonies.

J'accède au site par une petite porte percée dans la muraille.



Ces remparts ont été édifiés durant la dernière période d'habitation du site. Ils mesurant entre 4 et 7 mètres d'épaisseur et 3 à 5 mètres de haut. Il étaient simplement percés de 5 portes étroites dont une s'ouvrait sur le sacbé, chaussée qui reliait Tulum à d'autres sites de la région. Au sommet de la muraille, il y avait un chemin de ronde...

Une fois à l'intérieur des remparts, je peux enfin admirer et visiter ce site magnifique.







Durant la visite,un coati se promène entre les ruines et un iguane se fait dorer au soleil.




Après cette petite distraction, je continue la visite avec le temple des fresques et d'autres structures.






Enfin, j'arrive au pied du Castillo. Il a été nommé ainsi par les espagnols car c'est lédifice le plus grand. 











Je quitte le site par une petite porte située du côté opposé à l'entrée.



De retour à l'hôtel, je pique une tête dans la piscine pour détendre mes muscles après ces 30 km à vélo puis douche et réaménagement des sacs.

Les sacs faits, je pars manger dans un petit resto typique non renseigné dans les guides.  Au menu : arepas au fromage et chorizo  ainsi que bœuf à la mexicaine. Je n'arrive pas à terminer mon assiette !

Après ce bon repas, je rentre à l'hôtel, bois une bonne Corona et me met au lit.





Lundi 8 mai 2017: Tulum-Merida

Je suis réveillé à 6 h. Le chien a de nouveau hurlé au beau milieu de la nuit....
Heureusement, je pars aujourd'hui pour Merida.

Je refais mes sacs puis vais prendre un petit déjeuner copieux: omelette, toasts, confiture, céréales et un pancake au sirop d'érable.

De retour du petit-déjeuner, je croise une jeune fille qui va laver les chiens. Elle m'explique que c'est le jeune qui crie la nuit car il fait des cauchemars...
La voir laver les chiens me rappelle le jour où j'ai lavé Chipy au Sri-Lanka.

De retour dans ma chambre, je rassemble mes affaires et me rends compte que je n'ai pas mon passeport sur moi. C'est la panique! Je défais et refais mes bagages: pas de passeport! J'enlève les draps, les housses d'oreiller, secoue les serviettes et vide la poubelle : toujours pas de passeport ! Et l'heure tourne car il est presque 9h et que mon bus pour Merida est à 9h30...

Je me calme et décide de ne pas quitter Tulum sans mon passeport.
Je réfléchis à la journée d'hier et me dit que mon passeport pouvait se trouver à 2 endroits: la réception de l'hôtel (si je l'avais déposé à côté de la fontaine) ou chez le loueur de vélo qui trouve juste à côté.

C'est finalement la deuxième option qui est la bonne! Lorsqu'on ma rendu mon passeport hier, je l'ai oublié sur le bureau...

Ma distraction me perdra!

J'arrive finalement à l'heure à la gare des bus non sans m'être fait réprimander parce que je rentrais par l'arrière qui est l'entrée des bus...
J'achète mon billet pour vendredi entre Chichen Itza et Cancun, mon billet pour Merida étant imprimé acheté sur internet. Enfin c'est ce que je crois...



Au moment de monter dans le bus, après avoir déposé mon sac en soute, je me rend compte que quelqu'un est assis sur le même siège que moi et son billet est bon. Je vérifie le mien: même place (la 12) mais mon billet était pour hier! Je me suis donc emmêlé les pinceaux au moment de la réservation ! Je descends du bus et comme celui-ci est plein,je ne peux pas acheter un autre billet pour ce trajet!
Je me dirige vers le guichet et, heureusement, le personnel est vigilant et me rappelle pour récupérer mon sac qui était en soute! Pour le même prix, mon sac partait à Merida sans moi!

J'achète donc un billet pour le bus d'après (12h30), j'essaie de retirer de l'argent (transaction refusée !) Et rentre à l'hôtel où je m'installe dans le hall pour essayer de me calmer.

Finalement, je ne m'en sors pas si mal... J'ai mon passeport et je peux prendre un bus le jour même. Et si ma carte est bloquée, j'ai encore ma carte American Express et du liquide pour terminer le séjour...
Ça aurait pu être pire: sans passeport, sans sac, sans argent et avec une carte de crédit bloquée !

Ma distraction lorsque je laisse retomber la pression me perdra!

Je monte finalement dans le bus de 12h30 pour arriver 4h plus tard à Merida. J'achète mon billet de bus pour Chichen Itza au niveau du terminal Ado, traverse la rue pour acheter mes billets pour Uxmal au terminal Oriente et gagne finalement mon hôtel situé juste à côté de la cathédrale. 



J'y dépose mes affaires et me rends au terminal nordiste pour acheter mes billets pour Mayapan. Ça en fait des gares des bus!

Alors que je traverse le Zocalo, la place centrale de Merida, j'assiste à un salut au drapeau avec fanfare. J'immortalise la scène.










En chemin, je prends des photos de tout et de rien.









Ensuite, je pars flâner dans le quartier historique situé autour de la cathédrale. Les calèches attendent les touristes...



J'entre dans la cathédrale au moment de la messe. L'année passée, j'avais visité la première cathédrale d'Amérique à Santo-Domingo et, à présent, je visite la plus ancienne cathédrale du continent américain (Celle de Santo-Domingo se trouve sur une île...). Celle-ci est simple et sobre.
La croix en bois située dans le coeur serait une des plus grandes du monde...




Je retraverse la place pour en faire le tour dans le sens des aiguilles d'une montre.



Je passe donc devant le magnifique bâtiment de l'office du tourisme surplombé de sa tour à l'horloge (c'est également le palais municipal), je continue sous les arcades pour atteindre le palais du gouverneur dans lequel je pénètre afin de visiter l'exposition de peinture qui s'y tient.









Une fois le tour de la place accompli, j'ai enfin une belle vue sur la cathédrale.





Je pars ensuite en direction de l'adorable parque de Santa-Lucia.














Je vais ensuite manger chez Burger King, j'achète de l'eau et de quoi combler un petit creux au 7 eleven et vais assister au début du spectacle de danses traditionnelles qui se déroule aux pieds du palais municipal.












Je me dis que la journée se termine plutôt bien.

Mardi 11 mai 2017: Merida-Uxmal-Merida

Je suis de nouveau réveillé avant la sonnerie de mon réveil mais j'ai bien dormi et suis reposé.

Après un petit-déjeuner correct, je me rends à la gare des bus car, aujourd'hui, j'ai prévu de visiter Uxmal. En chemin, je ne peux résister à l'envie de photographier des scènes de la vie quotidienne, des façades colorées, etc.



















Le bus de la compagnie Sur démarre à l'heure (9h15) et il est 11h lorsque j'arrive sur le site.



Avant l'entrée du site, je suis accueilli par une fanfare virtuelle. C'est bon signe.






Je pénètre ensuite dans le site historique.




Le site d'Uxmal est situé à 80 km de Merida. Il est remarquable par ses monuments et la beauté de son architecture, caractéristiques du style Puuc.
C'est l'ensemble le plus important du Yucatan avec Chichen Itza et probablement le plus pittoresque de par son paysage vallonné et ses proportions réduites.
La cité était un centre politique durant la période du classique tardif, entre les VIIe et Xe siècle après J-C.

Dés l'entrée, on en prend plein les yeux ! On tombe directement face à la pyramide del Adivino!
Pour moi, c'est un vieux rêve qui se réalise. J'ai l'impression d'être Esteban dans "Les cités d'or"...






D'après la légende, elle aurait été construite en une nuit par un nain aux pouvoirs magiques alors qu'il venait de monter sur le trône. 
elle mesure 35 mètres de haut et est donc plus grande que celle de Chichen Itza. Sa forme ovoïde  est unique au Mexique. Si on tape dans les mains devant la pyramide, l'écho renvoie un son proche du cri d'un oiseau: saisissant!

La visite s'effectue dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. La deuxième structure atteinte est le quadrilatère des Nonnes.












Il a été baptisé ainsi par les conquistadores de par sa ressemblance avec un cloître. Les frises sont chargées de multiples symboles divins, masques du dieu Chac, des serpents entrelacés.

J'atteinds ensuite le jeu de pelote.





Ce jeu de balle symbolisait la cosmogonie des Mayas. La trajectoire de la balle correspondait à la course du soleil dans le ciel et les anneaux situés à l'est et à l'ouest représentaient le levant et le ponant. Le terrain, lui, marquait la limite entre le ciel et les enfers.
L'issue du jeu révélait le choix des dieux  pour trancher les conflits politiques et donners des indices divinatoires aux prêtres.



Le palais du Gouverneur est situé sur une esplanade.



Il est considéré comme l'un des chefs-d'oeuvre de l'architecture Maya. Il date du Xe siècle.







Sa frise compte une série de 103 masques du dieu Chac. Au centre, on peut voir le trône d'un souverain entouré de serpents entrelacés.



De la plateforme, la vue sur le site est magique.





A côté du palais du gouverneur se trouve la maison des tortues. C'est un petit temple dont la corniche  est ornée de tortues qui étaient apparentées à la pluie.




Devant le palais, se trouve le monolithe du pilori qui est un gros cylindre de pierre , à l'origine recouvert de stuc et peint de motifs symboliques.



Enfin, au centre de l'esplanade se trouve le trône du jaguar. Il s'agit d'un jaguar à 2 têtes qui servait de trône aux dignitaires de la cité.




Je continue la viste. J'arrive à la grande pyramide. Du sommet de ses 32 mètres que j'escalade, la vue est sublime!



A son sommet se trouve un petit temple  orné d'une frise décorée d'oiseaux (des aras?).




A cet endroit, on croit littéralement pouvoir toucher les dieux.



Je redescend prudemment de la pyramide, observé par des iguanes...




Vient ensuite le pigeonnier. c'était un palais ou un ensemble résidentiel.





Je marche ensuite vers le groupe du cimetière.




Je termine la visite par le temple des phallus.




Je resors par là où je suis entré et ne peux m'empêcher de "verser une larme" en repassant devant la pyramide du divin.
Ce site est vraiment exceptionnel.



Je quitte le site avec le bus de 15h19 et j'arrive à Merida vers 17h. Je regagne tout d'abord le centre ville.







J'enchaîne avec un nouveau tour dans le centre de la ville.
Je commence par le passage situé à l'arrière du musée d'art moderne.



J'enchaîne ensuite par une nouvelle visite de la cathédrale que je peux enfin explorer car il n'y a pas de messe, contrairement à la journée d'hier.








Après la visite de la cathédrale, je chemine dans la calle 60, passe devant l'iglesia El jesus (siège de l'archevêché) pour finalement atteindre le Teatro Peon Contreras, majestueux et construit en 1900 dans le style français.







Je remonte ensuite la calle 58 et ses magasins spécialisés jusqu'au Parque Santa Ana désertée mais où se trouve une charmante église colorée.





Là, je fais demi-tour et reviens par la calle 60 jusqu'à l'entrée de l'université du Yucatan qui a été fondée en 1618.







Je termine le parcours par le Teatro Armando Manzanero dont la façade et le hall sont de style Art Déco.



J'achète également des souvenirs dans une des nombreuses échoppes du centre ville.



Je vous vais ensuite dîner à l'hôtel et ressort acheter de l'eau, des biscuits et une bière. Sur le chemin du retour, je m'arrête pour acheter une glace. Deux boules à la mangue ferons mon bonheur.

Je regagne ensuite mon hôtel où je rédige ce blog en buvant une Corona.

Mercredi 9 mai 2017: Merida-Mayapan-Merida

Aujourd'hui, je me rend au site archéologique de Mayapan situé à 40 km de Merida.
Pour ce faire, je me rends à pieds au terminal noreste qui est proche du marché. Comme je suis bien en avance, je patiente en prenant quelques photos et en écoutant de la musique.




Je monte finalement dans le bus de 9h30. 



C'est un omnibus qui dessert une multitude de petits villages situés sur le trajet.
C'est une petite immersion dans le vrai Mexique. J'adore! Je prends d'ailleurs quelques photos au smartphone.






J'arrive sur le site deux heures plus tard.




Les ruines de Mayapan sont situées à 43 km au sud de Merida. C'est un lieu peu fréquenté et paisible qui vaut vraiment le détour.
C'est également un des rares sites où l'on peut encore escalader les monuments...
Mayapan est considérée comme la dernière capitale maya de la période postclassique (1200-1450 après J-C). Elle s'étend sur une superficie de 4 km2.
Son édifice principal, le castello de Kukulkan, mesure 18 mètres de haut et on peut distinguer à son sommet une statue de Chac-Mool.



Lorsque je commence la visite, je suis seul! Un couple viendra me rejoindre et une fois le couple reparti, je croise une sympathique allemande en compagnie de qui je ferai le chemin de retour.














Le site est petit mais vaut la peine car on y est seul au monde (ou presque). Je passe un peu de temps à contempler le paysage du sommet de la plus haute pyramide.





Il est 13h quand je quitte le site pour aller attendre le bus en plein soleil. Et le pire, c'est qu'aucun bus ne passe ni à 13h, ni à 13h30!
J'ai eu mal comprendre...
Finalement, je monte dans le bus de 14h30 en compagnie de la jeune allemande qui m'a entre-temps rejoint. Nous discutons sur le trajet. 
En regardant d'un oeil distrait les photos prises avec mon téléphone, je me demande si la plus belle n'a pas été prise avec ce dernier...



Nous arrivons vers 16h au terminal noreste. Comme il est tôt, je fais un petit tour dans le marché. 











Après le marché, je refais un crochet par la place centrale et vais visiter le musée d'art moderne.




Le Museo de Arte contemporaneo Macay, Ateneo de Yucatan est situé dans un ancien palais épiscopal du XVIè siècle. 




Son atout majeur est qu'il est gratuit car sa collection, elle, ne m'a pas laissé un souvenir impérissable à l'exception de quelques oeuvres.











Je vais ensuite manger au Burger Long puis rentre à l'hôtel pour refaire mes sacs.

Jeudi 11 mai 2017: Merida-Chichen Itza

J'ai très bien dormi, probablement ma meilleure nuit depuis mon arrivée au Mexique ! Il faut dire que je m'étais couche tôt.

À 8h, j'ai déjà pris mon petit déjeuner et je quitte l'hôtel à pieds pour rejoindre la gare des bus.

Je monte dans le bus ADO de 9h15 pour Chichen Itza. Le chauffeur me dépose devant mon hôtel comme demandé mais me réclame 50 pesos pour ce service! Donc il me demande 50 pesos pour me déposer, sur sa route, 3 km plus loin alors que mon billet n'a coûté que 146 pesos... Je me dit que ça ne fait que 2,5 euros et je lui donne sans broncher.

Je prends livraison de ma chambre dans un hôtel très bien avec piscine. Je demande à la réception si il y a bien une navette jusqu'au site comme je l'avais lu sur le site de Booking. On me répond que oui, jusqu'à 14 h c'est possible mais pour le retour il faut revenir en taxi (80 pesos), en bus (petit service du chauffeur de bus pour Cancun au tarIf variable) où à pieds...
À Chichen Itza, on entre de plein pieds dans le monde de l'arnaque en tous genres...

Finalement, le chauffeur de l'hôtel me dépose à l'entrée secondaire, ce qui permet d'éviter les files à la billetterie et il m'explique que c'est plus court par ce chemin si je veux rentrer à pieds.



Sur le site, il y a pas mal de touristes mais c'est encore raisonnable. Par contre, il y a des vendeurs partout !




Chichen Itza est le site le plus touristique du Yucatan. Il est situé à 120 km de Merida sur la route de Cancun. 
Il est constitué de ruines spectaculaires qui sétendent sur 300 hectares et compte de nombreux édifices bien restaurés.
C'est également le site le moins maya de la région car l'apport toltèque y fut considérable.
Le site est classé au Patrimoine mondial de l'Unesco et, depuis 2007, considéré comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde.

Lorsque je pénètre au coeur du site, je tombe nez à nez le catillo ou pyramide de Kukulkan. Elle est formée de neufs terrasses surmontées d'un temple. Sur chaque face du quadrilatère, on peut voir une haute volée d'escaliers délimités par un corps de serpent dont la gueule ouverte vient se poser sur le sol, à la base de la pyramide.
La pyramide est de style maya et toltèque et possède 91 marches sur chacun des 4 côtés plus une marche supplémentaire. Au total, on compte 365 marches qui rappellent le nombre de jours de notre révolution terrestre autour du soleil.



On peut identifier l'architecture toltèque par le soubassement incliné des temples alors que la base des monuments mayas était rectiligne.
De plus, l'art toltèque était très réaliste et s'employait à rstituer chaque détail des corps, des visages, des situations contrairement aux formes très géométriques et hyper symboliques utilisées par les mayas.

Je découvre ensuite le groupe des milles colonnes et le temple des guerriers.








Une bonne partie des édifices sont regroupés autour du castillo que l'on voit de partout.



Je me dirige ensuite vers le temple des grandes tables.





On le voit vraiment partout ce castillo.



La partie la plus significative de la plate-forme de Venus se trouve aux 4 coins où se répètent les mêmes images symbolisant la fertilité: le dieu Quetzalcoatl qui sort de la bouche d'un serpent.




Je prends ensuite la direction du Cenote de los Sacrificios. Sur le chemin, les marchands du temple sont omniprésents.









Le cenote des sacrifices est un puits naturel d'une soixantaine de mètres de diamètre. On y jetait des offrandes et on y accomplissait des sacrifices humains. On y découvrit 21 crânes d'enfants...
Si le sacrifié humain survivait 24 heures après avoir été jeté, il était repêché. Un peu d'humanité tout de même!








Je fais demi-tour pour rejoindre l'esplanade.




Là, je me penche sur la plate-forme des aigles et des jaguars.




A chaque angle, on voit clairement un jaguar (la nuit) et un aigle (le jour) dévorant un coeur humain, symbolisant l'offrande au soleil.





Juste à côté se trouve le Tzopamtli (le mur des crânes). Sur ce mur sont représentés les crânes des joueurs de pelote décapités...

A l'intérieur, on y trouva des... crânes.



Un peu plus loin, on peut admirer le temple des jaguars, qui est accolé au jeu de pelote au sud. Il doit son nom à la sculpture située entre les deux colonnes.




A cette heure, l'esplanade semble déjà se vider peu à peu.



Après le temple des jaguars, je pénètre dans le jeu de pelote duquel on a une belle vue sur le castillo.



Le jeu de pelote de Chichen Itza est beaucoup plus imposant que celui d'Uxmal.







C'est, en effet, le plus grand du continent méso-américain!
La ville en comptait 13...
Ce jeu revêtait un caractère rituel et sacré qui se ponctuait par un sacrifice humain destiné aux dieux.
Le jeu de pelote opposait 7 joueurs par équipe: 6 au centre et les capitaines sur les terrasses bordant les 2 murs. On utilisait genou, pied droit, hanches et même une batte pour faire toucher l'anneau par la balle ou la faire passer dedans.

Les bas-reliefs qui ornent les terrasses représentent des joueurs.





Est venu le moment de me diriger vers la zone centrale qui est de style purement maya.

La tombe du grand prêtre est une petite pyramide avec un escalier sur chaque côté. Les bases sont ornées de têtes de dragon. On y découvrit les ossements d'un prêtre.







Sur le chemin, je croise un temple plus détérioré.



Les vendeurs sont nettement moins présents dans cette partie qui est nettement moins fréquentée.



L'observatorio El Caracol (l'observatoire) doit son nom à son escalier en colimaçon. Au sommet de la coupole, on distingue 3 fenêtres qui permettaient d'onserver Vénus, l'étoile polaire et le solstices.





Le temple de panneaux scultpés est situé juste à côté. On y célébrait des rituels liés à l'élément feu.




L'église est un petit édifice carré avec une frise qui ondule.




Je déouvre encore un dernier temple bien mal en point...



Il est temps de regagner la sortie. En route, je fais une dernière photo du castillo (déserté par la foule), quelques photos des échoppes, d'un temple et du deuxième cenote du site.









J'ai visité l'entièreté du site qui est magnifique mais j'ai préféré Uxmal car moins bondé, pas de vendeurs et parce qu'on pouvait monter au sommet de la grande pyramide.

De nouveau, je me demande si la plus belle des photos n'est pas celle prise avec mon smartphone...



De retour à l'hôtel, je traverse la rue et paie 80 pesos pour aller prendre des photos du cenote Il Kil. J'y retourne demain pour m'y baigner.



Le smartphone est de nouveau de sortie.




Ensuite, je suis allé piquer une tête dans la piscine de l'hôtel et teste mon appareil photo étanche que je compte emporter demain au cenote.







J'ai passé ma soirée à retoucher des photos prises avec mon téléphone portable avec snapseed tout en prenant l'apéro.




J'ai ensuite mangé une spécialité Maya: de la viande marinée à l'orange : un régal !



Vendredi 12 mai 2017: Chichen Itza-Cancun

Après un délicieux petit-déjeuner avec du pain et des fruits frais (miam), je traverse la rue pour me rendre au cenote pour l'ouverture à 9h. Lorsque j'arrive, je suis seul avec les employés. Je prends pas mal de photos et fais des films du lieu sans touristes. Seule une mannequin viendra faire une séance photo avec un photographe.

















Une fois les lieux immortalisés en long et en large, je plonge dans cette eau fraîche et nage en compagnie des poissons.








Je rentre à l'hôtel vers 11h, prends une douche, refais mes sacs et me rends à la réception. Je comptais flâner au bord de la piscine une et manger à l'hôtel avant de prendre la navette vers 13h30 mais on me dit que si je veux la navette, c'est maintenant ou jamais !
Apparemment, ce que j'avais négocié ce matin ne tient plus...

Du coup il n'est même pas 12h30 lorsque j'arrive devant l'entrée principale du site où se trouvent les bus. Je dois donc attendre 4h!
Je m'installe à l'ombre et dévore les revues que j'avais emporté, j'achète de l'eau et un hôtel, mangé les biscuits et la banane que j'avais emportés.

Il est 16h30 lorsque je monte dans le bus pour Cancun. 



J'occupe les 3h30 de voyage en lisant et en regardant d'un oeil distrait le film projeté. 
Arrivé à Cancun, j'achète un billet pour l'aéroport et saute dans le bus de 8h. Malheureusement, le chauffeur refuse de s'arrêter devant mon hôtel qui est pourtant sur le chemin...
Arrivé à ! l'aéroport, comme l'hôtel refuse de m'envoyer la navette, je n'ai pas d'autre choix que de prendre un taxi quelque tarIf de 400 pesos pour faire 3 km!

Arrivé à l'hôtel, je prends possession de ma chambre, vais acheter un sandwich au Subway d'en face ainsi que de quoi compléter mon repas à la station service.
De retour dans ma chambre, le wifi ne fonctionne pas...

Je prends une bonne douche et me met au lit.

Samedi 13 mai 2017: Cancun-Newark-Cdg

Je saute hors du lit vers 6h du matin. Je refais mes sacs et descend prendre le petit-déjeuner. Lorsque je repasse prendre mon sac dans la chambre, je croise une jeune Française qui me propose de partager le taxi jusqu'à l'aéroport.
Nous montons dans le taxi et le chauffeur nous et explique que comme nous allons à 2 terminaux différents, il prendra un supplément de 50 pesos par rapport au tarif normal de 250 pesos! C'est fou, c'est moins cher dans ce sens là...

A l'aéroport, je découvre le restaurant Bubba Gump, comme dans le film Forrest Gump! J'immortalise cela.







Mon avion arrive enfin à la porte. Je suis prêt à embarquer.





En vol, la serviette distribuée est très adaptée à ce séjour.



Mes vols se passent sans souci et j'arrive même à avoir ma correspondance à Newark malgré les 2 petites heures de battement entre les 2 vols et les files à la douane et aux contrôles de sécurité.

Dimanche 14 mai 2017: Cdg-Montparnasse-Saint-Brieuc

Mon vol atterri à l'heure à CDG. Je récupère mes bagages et m'installe dans le "salon" qui jouxte les tapis de récupération de bagages. Je me connecte à Internet, lis mes mails, poste sur facebook, etc. Mon train n'est qu'à 14h à Montparnasse....
Je prends finalement le bus direct vers 11h et vais manger une bavette à l'échalote devant la gare. Je monte dans le train et arrive à St-Brieuc vers 17h15.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un court week-end à Cambridge avril 2018

Je sais, Cambridge ne fait pas partie du top 10 des "destinations où passer un week-end" dressé par les plus grands magazines q...