dimanche 25 mars 2018

Île d'Hokkaïdo février 2018


Lors de notre voyage au Japon en mai 2016, Nathalie et moi avions eu un réel coup de coeur pour ce pays. Nous avions été touchés par la beauté du paysage, la gastronomie ainsi que par la gentillesse des Japonais.
Dans l'avion, sur le chemin du retour, nous nous étions promis que nous y retournerions, l'hiver, sur l'île d'Hokkaido qui est nettement moins peuplée et qui compte bon nombre de parcs naturels.
Nous avions tous les deux en tête ces images des grues japonaises dans la brume, au bord de lacs gelés ainsi que des sommets enneigés.
Enfin, de retour à la maison, j'ai découvert que chaque année, en février, se déroulait le "Snow Festival" de Sapporo avec des sculptures sur glace et sur neige, un peu semblable au "Bal de Neige" auquel nous avions assisté l'hiver dernier à Ottawa.

Lorsque nous nous sommes mis en quête d'une destination pour cet hiver, nous hésitions entre la Finlande, l'Alaska et Hokkaido.
Les billets pour l'Alaska étaient assez cher, ce qui a exclu pratiquement d'emblée cette destination de nos plans.
Pour la Finlande, les billets avec une arrivée à Helsinki et un retour d'Ivalo ou de Rovaniemi (nous voulions voir à la fois la capitale et la Laponie) coûtaient plus de 430 euros...
Finalement, je suis tombé sur une promotion de chez Finnair pour Hokkaido au tarif de 539 euros par personne!
Nous n'avons pas mis beaucoup de temps à nous décider et ceci d'autant plus que ce tarif était valable durant le "Snow Festival".
Du coup, j'ai effectué la réservation sur le site internet de Finnair, compagnie avec laquelle je n'ai encore jamais voyagé.



Notre périple, au vu du décollage matinal de l'avion, commencera par une nuit à Paris, suivie d'un vol Paris-Helsinki, d'un Helsinki-Nagoya et enfin d'un Nagoya-Sapporo!

Le guide de voyage (Lonely Planet Japon) nous attendait dans la bibliothèque et ceci depuis 2016...



Enfin, pour les réservations, il a fallu s'y prendre tôt pour trouver un logement à un tarif raisonnable à Sapporo durant le "Snow Festival". En effet, à cette période, la ville est prise d'assaut par plus de 2 millions de visiteurs.

J'ai de nouveau fait confiance à Booking.com en ce qui concerne les réservations ainsi qu'à Rakuten.com car les portails des sites web ainsi que les formulaires de réservation en ligne des hôtels sur l'île d'Hokkaïdo sont en japonais...

Vendredi 2 février 2018: Saint-Brieuc - Paris Nord 

Je ne travaillais pas aujourd'hui...
Je passe chercher Nathalie au boulot et nous nous mettons en route pour la gare vers 18h...
Nous nous garons derrière celle-ci et empruntons la nouvelle passerelle pour atteindre le corps du bâtiment.
Dans le hall, nous rencontrons une collègue qui accompagne son mari qui part skier avec des amis.
Le TGV arrive à l'heure (18h42).
Nous arrivons avec 5 minutes de retard à Montparnasse et prenons le métro ligne 4 pour la gare du nord où nous avons à nouveau réservé à l'Hôtel du Brabant.

Cette fois-ci, nous avons la chambre 638, sous les toits, qui a été rénovée.
Nous nous couchons vers 22h30.

Samedi 3 février 2018: Paris Nord - CDG - Helsinki

Nous avons très bien dormi!
Nous prenons le RER B aux environs de 8h45 et arrivons au terminal 2D de CDG vers 9h30.
Au Check-in, nous recevons nos 3 cartes d'embarquement mais nous devrons récupérer nos bagages à Nagoya et les réenregistrer pour Sapporo.
Ca va être juste avec 1h40 entre les 2 vols...

Le vol pour Helsinki est annoncé à l'heure pendant que j'admire les cartes d'embarquement garnies de dessins de rennes. 





Juste avant l'embarquement, je reçois un message annonçant que le vol Helsinki-Nagoya décollera avec 45 minutes de retard...
Nous verrons si ils parviendront à résorber ce retard et si nous arriverons à prendre notre 3ème vol...



Nous arrivons à l'heure à Helsinki où nous passons un contrôle de passeport automatisé.
A la porte d'embarquement, nous nous renseignons pour notre correspondanceOn ne peut nous aider...
On nous répond que comme le dernier tronçon est opéré par Japan Airlines, nous devrons nous adresser à un de leurs bureaux à l'aéroport de Nagoya, si nous ratons notre correspondance...

L'embarquement débute avec à peine 25 minutes de retard. Peut-être qu'une partie peut être résorbée en cours de vol?

Nous gardons espoir, bien installés dans l'airbus A330-300 aux couleurs de Finnair.



Je commence à regarder le film "Dunkerque" avant le décollage.

L'avion se met en marche à 18h, avec 45 minutes de retard...
Le repas nous est servi: la qualité et la quantité sont correctes.
J'ai choisi les boulettes de viande qui me rappellent un magasin de meubles en kit...



Je regarde deux autres films au cours du vol: "Made America" avec Tom Cruise et "Monte-Carlo" avec Selena Gomez.
Avant d'atterrir, on nous sert une omelette.



Le retard n'a malheureusement pas été résorbé au cours du vol.
Le temps de passer les frontières, de récupérer nos bagages et l'embarquement du vol suivant est déjà clôturé!

Dimanche 4 février 2018: Helsinki - Nagoya - Sapporo

Nous sommes finalement reprogrammés sur le vol de 16h50 car celui de 13h30 est plein.
Probablement que les "Frequent Flyers" et passagers "Business" de One World auront été prioritaires sur le vol de 13h30 car plus de 50 passagers du vol Helsinki-Nagoya devaient prendre le vol pour Sapporo...
Je ne suis malheureusement pas "Frequent Flyer" One World... 

En dédommagement, nous avons droit à un coupon valable pour un repas d'une valeur de 1500 Yens par personne.

Nous allons réenregistrer nos bagages pour le vol suivant et allons prendre l'air sur le petit port qui se trouve devant l'aéroport (qui est construit sur une île).




Nous allons ensuite changer de l'argent, prendre l'air sur la plateforme d'observation de l'aéroport avant d'aller finalement manger un délicieux curry. 



Après le repas, nous passons les contrôles de sécurité et allons faire une petite sieste en attendant l'embarquement à bord du 737-800 qui va nous emmener à Sapporo. 



L'embarquement, à bord de ce vol opéré par Japan Airlines, se fait avec une discipline toute japonaise.   
Nous arrivons à l'heure, récupérons nos bagages, descendons à la gare de l'aéroport et prenons le train pour Sapporo.



Nous descendons à Shin-Sapporo et prenons le métro jusqu'à Higashi-Sapporo où se trouve notre hôtel: Hotel Ascent Inn.

Nous mangeons un morceau dans la chambre et nous couchons, exténués, à 22h après avoir pris un comprimé de mélatonine.

Lundi 5 février 2018: Sapporo - Otaru - Sapporo

Nous sommes réveillés vers 7h15.
Nous prenons un café et une douche puis gagnons le supermarché situé juste à côté de l'hôtel. 
Après quelques courses, nous montons dans le métro (Tozaï line) jusqu'à Odori puis un autre jusqu'à Sapporo JR où nous achetons nos billets de train pour Otaru.
Au passage, nous remarquons qu'au Japon, sur le pupitre destiné à remplir des formulaires, il y a des lunettes avec différentes corrections qui sont mises à disposition des clients!



Nous montons dans l'omnibus (local train) et arrivons 45 minutes plus tard à Otaru.


Nous descendons directement jusqu'au canal (Otaru est considérée comme la Venise japonaise) que nous longeons vers l'ouest jusqu'au musée du chemin de fer.  











Nous passons voir le bâtiment Nippon Yusen où fût signé le traité entre la Russie et le Japon sur les frontières des îles Sahkalin.





Nous repartons et longeons la rive nord du canal vers l'est et continuons jusqu'au musée de la boîte à musique.













Celui-ci est très intéressant et son entrée est gratuite.
En chemin, nous croisons partout des bonhommes de neige.






De là, nous montons au Juitengu Shrine, sous la neige, où nous mangeons un morceau.






Nous redescendons vers Sakaimachi dori que nous empruntons vers l'ouest.









Nous allons voir le bâtiment de la banque du Japon, nous nous promenons dans deux galeries commerçantes et redescendons vers le canal et la mer.




Nous regagnons finalement la gare où nous montons dans le train rapide jusqu'à Sapporo.


A la gare, nous achetons nos billets à destination de Kushiro pour mercredi et décidons de marcher jusqu'à Odori Park où se déroule le Snow festival.



La nuit commence à tomber et il fait nuit noire lorsque nous arrivons à Odori.

Nous faisons un petit tour et admirons les sculptures sur neige et sur glace dont certaines sont gigantesques: la cathédrale de Stockholm, un temple de Kyoto, etc.  









Nous reprenons enfin le métro pour rentrer à l'hôtel où nous mangeons un morceau.

Nous nous mettons au lit à 22h. 

Mardi 6 février 2018: Sapporo

Nous avons tous les 2 très mal dormi!
Les chasse-neige nous ont réveillé à 3h30 du matin...

Un bon petit-déjeuner, une bonne douche et nous voilà partis pour une journée de visite de Sapporo.

Nous montons dans le métro et descendons à Odori d'où nous gagnons la gare ferroviaire par le souterrain   qui les relie.




A la gare, nous achetons nos billets pour vendredi.
Malheureusement, il n'y a plus de place sur le train à vapeur que nous souhaitions prendre...
Nous irons donc le voir en gare de Kushiro avant son départ et prendrons donc un train classique.

Depuis la gare, nous gagnons le campus universitaire dans lequel nous flânons.
Plusieurs choses méritent d'y être vues: le Furukawa Memorial Hall, le buste du fondateur, la faculté des sciences ainsi que l'ancienne ferme aux bâtiments en bois.









Nous regagnons la gare où nous prenons une photo, longeons le jardin botanique qui est bien évidemment fermé en hiver, visitons le petit musée de l'association Ainu et gagnons le bâtiment de l'ancien gouvernement d'Hokkaïdo fait de briques rouges.






Nous allons ensuite jeter un coup d'oeil à la Clock Tower qui était à l'origine la salle d'entraînement militaire du collège d'agriculture de Sapporo.



Enfin, nous gagnons le pârc Odori et la TV Tower.
Nous remontons Odori koen vers l'ouest et en profitons pour admirer de jour les sculptures sur neiges vues hier à la nuit tombée.















  
Arrivés à la Court d'Appel, nous faisons une pause pique-nique avant de monter dans le métro et de gagner le Maruyama koen.



Ce magnifique parc, situé en bordure de la ville, renferme un sanctuaire Shinto que nous visitons.





















Nous faisons ensuite une petite randonnée dans le parc.











 
De retour à l'entrée du parc, nous buvons une boisson chaude dans le bureau de l'office du tourisme.



Nous remontons dans le métro et profitons à nouveau du Snow festival et du Susukino District à la nuit tombée.

















Je monte prendre des photos de et depuis la TV Tower. La vue sur le Snow Festival est très belle.



Nous regagnons finalement notre hôtel et nous couchons de bonne heure pour rattraper notre retard de sommeil.


Mercredi 7 février 2018: Sapporo - Kushiro

Le réveil sonne à 7h: nous avons merveilleusement bien dormi!
Nous prenons un bon petit-déjeuner, une douche puis sautons dans le métro (Tozaï line) jusqu'à Odori où nous changeons pour la Namboku line jusqu'à Sapporo JR.

Nous montons sur le quai n°6 où l'Express Super Ozora 3 ne tarde pas à arriver.
Nous montons dans la voiture n°6 et nous nous installons confortablement pour 266 minutes de trajet (précision toute japonaise).



Nathalie lit tandis que je trie quelques photos.
Nous pique-niquons dans le train un peu avant l'arrivée.
Nous entrons en gare de Kushiro avec une ponctualité bien japonaise.

Après un bref passage à l'office du tourisme (où on nous offre des grues à crâne rouge en origami) ainsi qu'à la gare des bus, où on nous explique comment obtenir les billets pour la Akan International Crane Center où nous nous rendons demain, nous marchons jusqu'à notre hôtel.

Le Kushiro Century Castle Hotel est un magnifique hôtel 4 étoiles.

A la réception, on nous dit que notre chambre n'est pas encore disponible mais qu'ils vont garder nos bagages.
Nous décidons donc d'aller nous promener.

Nous longeons la rive sud du fleuve et montons jusqu'au stupa qui surplombe la ville.
C'est bien la première fois que je vois un stupa enneigé!





Nous redescendons et longeons la rive dans l'autre sens et marchons le long des docks du port de pêche.
Nous admirons le Warf, les bateaux de pêche ainsi que les magnifiques bateaux des gardes-côtes.









Au bout des docks, la mer est gelée...
A notre grande surprise, 3 aigles pêcheurs sont posés sur la glace!



Nous profitons de ce moment de magie et nous laissons hypnotiser par le très lent mouvement des plaques de glace qui glissent les unes contre les autres.






Alors que le soleil commence à descendre, nous rebroussons chemin, traversons le pont et allons admirer le couchant depuis l'autre rive.




 
En rejoignant l'hôtel, nous jetons un coup d'oeil à des illuminations au bord du fleuve et gagnons enfin notre chambre où nos sacs nous attendent.




Celle-ci est spacieuse et luxueuse!
Nous profitons de celle-ci pour nous détendre.



Jeudi 8 février 2018: Kushiro - Akan International Crane Center - Kushiro

Nous nous réveillons vers 7h. Nous avons passé une excellente nuit dans notre lit King size.

Après un bon café, nous quittons l'hôtel pour rejoindre la gare où nous prenons un bon petit-déjeuner dans une boulangerie.
En chemin, nous observons le fleuve gelé, sous le regard des grues qui sont décidément partout!











Nous faisons ensuite quelques courses au Lawson du coin et gagnons la gare des bus où nous achetons nos billets.

Nous montons dans le bus 30 à 10h15. Celui-ci est surchauffé!
Une heure plus tard, nous arrivons au Akan International Crane Center non sans avoir fait s'arrêter brusquement le bus en plein milieu de la route.
Ce que nous croyions être le bouton pour demander l'arrêt étant, en fait, le bouton d'arrêt d'urgence!
Au japon, le bus s'arrête à tous les arrêts et il ne faut donc pas le demander...



Le parc est constitué d'une zone didactique et d'une zone de nourrissage où les grues à tête rouge, espèce protégée et symbole du Japon, viennent se nourrir en période hivernale et, une fois repues, repartent dans la nature en toute liberté.

Nous y passons 5 heures à observer ces magnifiques oiseaux qui, parfois, se mettent à danser pour nous.
Nous prenons bien évidemment des dizaines de photos.





















A 16h35, nous reprenons le bus 30 pour Kushiro où nous arrivons une bonne heure plus tard.
Nous allons repérer où se trouve le marché aux poissons et cherchons un point de vue pour voir passer le train à vapeur qui partira demain de la gare de Kushiro.
Ensuite, nous regagnons l'hôtel.

Nous descendons prendre un café (gratuit) au bar où on nous sert également une assiette de "Curry Venison" également gratuite!



Finalement, cet hôtel 4 étoiles est un excellent plan pour routards: 54 euros la nuit pour 2 personnes avec repas (léger) du soir inclus. et tout cela avec une chambre spacieuse, luxueuse, un lit King size ainsi que café et thé gratuit dans la chambre et au bar!

A côté du bar se trouve le "salon de la mariée", pièce on ne peut plus kitch...



Nous remontons finalement dans la chambre où nous buvons une infusion avant d'aller dormir.

Vendredi 9 février 2018: Kushiro - Kushiro-Shitsungen - Kayanuma

Dès le lever, nous descendons nos sacs à la réception puis marchons jusqu'à la pointe des docks où notre ami l'aigle nous attend, posé sur la mer gelée.
Il nous fait d'abord un petit ballet aérien avant de se poser à nouveau.


















Emerveillés par ce spectacle,nous gagnons le marché aux poissons après avoir fait un détour par un parc où trone une vieille locomotive à vapeur.



Au marché, nous sommes fascinés par les crabes géants.












Nous faisons quelques courses au Lawson puis nous allons prendre un petit-déjeuner à la délicieuse boulangerie de la gare.

A 10h45, nous nous dirigeons vers la passerelle qui surplombe les voies de chemin de fer pour assister au départ du train à vapeur que nous aurions normalement dû prendre.







A 11h05 précise, celui-ci démarre en faisant voler la neige. Encore un magnifique spectacle!







Nous faisons ensuite un petit détour par un parc et regagnons l'hôtel où nous prenons un café au bar.



Nous récupérons nos sacs et regagnons la gare où nous montons dans le train de 14h23 en direction d'Abashiri.



Nous descendons à la halte de Kushiro-Shitsungen dont la "gare" est constituée d'un minuscule chalet de bois.
Nous gravissons quelques marches et cheminons sur quelques centaines de mètres pour atteindre le Hosooka View point ou Hosooka Observatory.




La vue sur la zone humide et les montagnes est somptueuse!





Nous faisons encore quelques centaines de mètres pour atteindre un  autre point de vue.









Là, outre le panorama, nous avons la chance de voir passer le vapeur dans l'autre sens et d'observer une harde de cervidés dans un champ enneigé situé au loin.

Nous regagnons la gare par un autre chemin, buvons un thé et montons dans le train de 16h23 pour Kayanuma.















Sur le trajet, le chauffeur doit freiner brusquement à plusieurs reprises à cause des cervidés qui traversent ou qui campent sur la voie.








Nous en voyons, au total, presqu'une centaine!

Nous arrivons à Kayanuma à 16h50.



Là, nous sommes accueillis par des grues situées dans le champ qui jouxte la gare.

Nous marchons jusqu'à notre hôtel et, en route, des dizaines de cervidés viennent nous saluer!

Arrivés à l'hôtel, nous prenons possession de notre chambre traditionnelle avec futons et allons au onsen.



Chacun de notre côté, nous discutons avec les membres d'un couple d'Osaka.



Après cette pause hygiéno-détente, nous mangeons et nous mettons au lit de bonne heure.

Samedi 10 février 2018: Kayanuma - Kawayu Onsen

Nous nous levons vers 6h et sautons dans nos vêtements pour assister au lever du soleil au bord du lac.





Nous enchaînons avec une promenade dans les bois.
Nous repérons des traces de cerfs et de grues.










Nous sommes de retour à l'hôtel vers 7h30.
Nous y prenons un délicieux petit-déjeuner traditionnel.



Un peu avant 9h, nous nous mettons en route pour la gare où nous attendent les grues d'hier soir.


Nous montons dans le train de 9h34 pour Kawayu Onsen.

Durant le trajet, nous voyons des grues dans les champs.

Arrivés à Kawayu Onsen, ce qui marque dès la sortie de la gare, c'est l'odeur de souffre.
Il faut dire qu'il y a même un onsen pour les pieds à la gare!



Nous allons déposer nos sacs à l'hôtel situé à 100 mètres de la gare, repérons le onsen extérieur et marchons jusqu'au village.





Celui-ci ressemble à une ville fantôme où de la fumée sort des bouches d'égout...
Nous passons à l'Eco-Museum (qui fait également office du tourisme) où nous nous procurons des plans de randonnées et des horaires de bus.
Il n'y a malheureusement pas de bus pour le lac Kussharo...
Nous nous mettons donc en route, à pieds, pour Nibushi Onsen situé sur la rive est de ce magnifique lac logé au pied des montagnes.




Le spectacle est splendide: des cygnes se baignent dans l'eau fumante qui se jette dans le lac gelé avec, en toile de fond, les montagnes.




















Nous pique-niquons là et regagnons, toujours à pieds, Kawayu Onsen où nous prenons quelques photos du parcours "panoramique" et filons faire quelques courses au supermarché.







Finalement, nous contemplons le parcours illuminé situé en face de l'Eco-Museum avant de reprendre le bus pour la gare.










Nous regagnons enfin l'hôtel où nous profitons du onsen mixte extérieur, rien que pour nous.



Nous allons ensuite au onsen intérieur avant d'aller manger et de nous coucher dans notre chambre traditionnelle.

Dimanche 11 février 2018: Kawayu Onsen

Nous avons bien dormi sur nos futons.
Nous prenons un bon petit-déjeuner et nous nous mettons en route, à pieds.
Nous prenons l'embranchement de la route qui mène au lac Mashu mais, après quelques centaines de mètres, celle-ci est barrée.





L'épaisseur de neige qui couvre la route est trop importante pour continuer sur 13 km et ceci d'autant plus qu'il menace de neiger...
Pour rejoindre le lac, l'autre solution est de prendre le train jusqu'à JR Mashu puis le bus mais il n'est même pas certain que nous y arrivions et, surtout, il semble compliqué de revenir...

Du coup, nous décidons d'aller marcher sur les chemins de randonnée qui entourent l'Eco-Museum de Kawayu Onsen.

Nous allons tout d'abord observer les jets de vapeur au pied du mont Iwo.












Nous sommes toujours autant fascinés par cette activité provenant du centre de la terre.

De là, nous empruntons le Tsutsujigahara Walking Trail, enneigé, qui rejoint l'Eco-Museum.
Heureusement, le sentier a été marqué précédemment par des personnes en raquettes.




A l'Eco-Museum, nous prenons un thé et repartons faire le Sakhalin Spruce Forest Walking Trail qui est minuscule.


Nous enchaînons avec un petit tour dans le bois situé en face du musée.







De retour au musée, nous pique-niquons puis empruntons le Great Spotted Woodpecker Walking Trail qui rejoint le Tsutsujigahara Walking Trail que nous reprenons dans l'autre sens.
Le sentier semble bien différent sous le soleil...






Nous buvons un chocolat chaud au pied du mont Iwo puis regagnons l'hôtel sous la neige.



Comme la neige continue de tomber, nous décidons d'aller nous détendre au onsen extérieur: un vrai délice!




J'en profite pour prendre une très belle photo...


Nous terminons la journée par un délicieux dîner japonais à l'hôtel.


Lundi 12 février 2018: Kawayu Onsen - Utoro

Nous avons bien dormi.
Avant de prendre notre train, nous allons nous promener dans la campagne qui jouxte la gare. Nous y découvrons, sous le soleil, des exploitations agricoles.



Nous passons à l'hôtel reprendre nos sacs et nous nous dirigeons vers la gare que nous explorons.
Il y a même un "Foot Onsen" gratuit!






A 10h28, nous montons dans le train pour Shiretoko-Shari où nous arrivons vers 11h11.
Nous sortons de la gare et faisons quelques mètres jusqu'à la gare des bus où nous achetons nos billets pour Utoro.
Le bus démarre à 11h30.
En route, nous sommes intrigués par une grande étendue blanche sur notre gauche.
Il s'agit de l'océan pacifique complètement gelé sur lequel il a neigé!

Nous arrivons à Utoro à 12h20, marchons quelques centaines de mètres et prenons possession de notre chambre d'hôtel de type traditionnel mais avec salle de bain privative.




Nous redescendons en "ville", croisons 2 cerfs en chemin et achetons de quoi pique-niquer.
Tous les commerces, y compris les restaurants, semblent fermés...



Nous allons nous promener sur le port et les digues. L'eau du bassin est à l'image de l'océan: gelée!





Nous pique-niquons face à la banquise puis partons à l'ouest pour assister au coucher du soleil sur l'océan gelé.
A notre arrivée sur "site", nous sommes survolés par 2 aigles!
Nous profitons une nouvelle fois d'un spectacle somptueux que la nature nous offre.





Nous rejoignons l'hôtel, mangeons un morceau puis à 19h20 nous montons dans la navette pour le Shiretoko Ryuhyo Festival où a été construit un bar de glace et où nous buvons un vin chaud et un chocolat chaud.



Nous sommes de retour à l'hôtel vers 20h30.
Nous nous couchons après un bon onsen.

Mardi 13 février 2018: Utoro

Nous sommes réveillés vers 7h.
Après un délicieux petit-déjeuner traditionnel pris à l'hôtel, nous prenons la navette pour le centre d'information.


Après un rapide survol du dit centre, nous montons dans le bus de 9h27 pour le Shiretoko Nature Center où nous arrivons à 9h40.
Nous nous procurons le plan des randonnées et partons en expédition.

Nous débutons par le Furepe Waterfall Trail. Les paysages sont somptueux!
A proximité de l'observatoire et du phare, nous tombons nez à nez sur une biche et son faon, pas du tout effrayés ni dérangés par notre présence.





Nous regagnons le centre en traversant de somptueux paysages.



De retour au centre, nous repartons sur le "circuit rouge" de 5 km. La vue sur les montagnes est splendide!





Enfin, nous parcourons le "circuit bleu" de 2,5 km qui traverse une forêt de sapins.

Nous pique-niquons rapidement au Nature Center puis montons dans le dernier bus (celui de 14h) pour Oshikoshin Falls, chutes d'eau classées parmi les 100 plus belles chutes du Japon.
Celle-ci n'est pas gelée...



De là, nous regagnons l'hôtel à pieds. Aujourd'hui, nous n'avons pas droit à un magnifique coucher de soleil...

Au menu de la soirée: tri de photos, journal, cartes postales, dîner, onsen.

Mercredi 14 février 2018: Utoro - Abashiri - Kushiro

Aujourd'hui, c'est jour de Saint-Valentin.
Il est prévu que nous rejoignions Sounkyo Onsen où j'ai réservé une chambre dans un magnifique hôtel avec SPA, onsen intérieur et extérieur et un festival de sculptures sur glace et de cascades gelées dans le village...

Le bus de 10h démarre à 9h45 d'Utoro. C'est étrange pour le Japon...
Nous arrivons donc avec un quart d'heure d'avance à Shiretoko-Shari, ce qui nous permet de prendre le train de 11h13 pour Abashiri au lieu de celui de 11h30 qui ne nous laissait que 5 minutes pour changer de train pour Kamikawa.

Nous arrivons vers midi à Abashiri et nous apprenons que le train de 12h30 est annulé pour cause d'importantes chutes de neige. 
A priori, le prochain train (de 17h25) devrait rouler...

Nous faisons annuler notre réservation d'hôtel à Soukyo Onsen par une employée de l'office du tourisme local (l'hôtel accepte d'annuler gratuitement notre réservation car l'annulation n'est pas de notre fait mais liée à l'annulation des trains) et échangeons nos billets de train pour Asahikawa et allons faire un tour en "ville".
Abashiri peut se battre pour monter sur le podium des villes les plus horribles que j'ai jamais visité! Il n'y a rien à y voir!
les cars débarquent leurs flots de touristes qui montent dans des "brise-glaces"  pour faire des excursions.

Nous faisons quelques courses et revenons à la gare vers 16h. 
Nous y apprenons que le train de 17h25 est également annulé et qu'il n'est pas certain que le train de 8h06 du lendemain parte...
En plus, il n'y a pratiquement plus de chambres d'hôtel disponibles dans cette horrible ville...
En très peu de temps, nous décidons de sauter dans le train pour Kushiro et les employés nous disent que nous pourrons nous faire rembourser nos billets là-bas. 
Nous attrapons le train de 16h13 de justesse.

Nous arrivons à Kushiro vers 20h, passons au guichet de la gare pour nous faire rembourser nos billets non utilisés (ce qui ne pose aucun problème) et achetons des billets pour le train de 8h23 le lendemain pour Sapporo.
Nous nous connectons ensuite sur internet et réservons une chambre à 45 euros dans un hôtel situé à proximité de la gare (merci Booking.com!).
Nous rejoignons l'hôtel Ranso à pieds.
Celui-ci est situé dans un quartier assez animé de Kushiro que nous n'avions pas eu l'occasion de découvrir lors de notre premier passage. 
Nous prenons possession de notre chambre qui, bien que petite, est confortable.
Après une bonne douche, nous nous endormons comme des masses en ce soir de Saint-Valentin bien ratée... 

Jeudi 15 février 2018: Kushiro - Sapporo

Le réveil sonne à 7h, le soleil brille et il a visiblement reneigé cette nuit.
A voir la quantité de neige tombée à Kushiro, nous nous disons que le train du matin d'Abashiri pour Asahikawa n'est pas prêt de démarrer!
Asahikawa est la ville la plus enneigée et la plus froide du Japon...
Nous marchons jusqu'à la gare, prenons un petit-déjeuner à la croissanterie de la gare et montons dans le train de 8h23 pour Sapporo.

Tout cela nous conforte dans notre choix. Si nous avions attendu à Abashiri, outre le problème d'hébergement vu que les hôtels commençaient à être saturés, nous n'aurions probablement pas pu être à Sapporo ce soir et, par conséquent, nous aurions raté notre avion de  demain...

Nous arrivons à la gare de Sapporo vers 12h30 et achetons nos billets pour le premier train de demain pour l'aéroport.
Celui-ci démarre à 6h02...

Nous filons déposer nos bagages à l'hôtel, allons manger un morceau puis sautons dans le métro pour gagner Maruyama koen que nous avions particulièrement apprécié au début de notre séjour.

Dès notre entrée dans le parc, je me lance dans une course de luge-bouée!

Nous faisons une bonne randonnée dans le parc. Celle-ci nous amène à un point de vue qui surplombe la ville.



Nous faisons à nouveau un petit crochet par le temple.




Enfin, nous redescendons et faisons un bonhomme de neige que nous baptisons: Ito.


Nous reprenons le métro et regagnons l'hôtel en marchant le long d'Odori koen. Toutes les sculptures sur glace ont disparu!

Nous prenons possession de la chambre, allons manger, réaménageons nos sacs, prenons une douche et sommes au lit à 21h.

Vendredi 16 février 2018: Sapporo - Nagoya - Helsinki - CDG - Chatenay-Malabry

Le réveil sonne à 5h du matin. Il s'agit de notre dernière "journée" au Japon, celle où nous repartons vers l'Europe et vers la France.
Nous sautons dans nos vêtements, prenons nos sacs et marchons quelques centaines de mètres jusqu'à la gare.
Nous prenons le train local (économie de 570 yens de réservation de siège) de 6h02 pour l'aéroport de New Chitose.
Nous arrivons à 6h50, procédons au Check-in où nous apprenons que nous récupérerons nos bagages à Paris.
Nous prenons un petit-déjeuner à l'aéroport, passons les contrôles de sécurité et embarquons dans le vol Japan Airlines de 8h45 pour Nagoya.




Celui-ci décolle avec 5 minutes de retard. Nous profitons du service boisson et lisons.



Lors de la descente vers Nagoya, nous avons la chance d'observer le Mont Fuji par le hublot.



Nous atterrissons à l'heure et débarquons, sortons du terminal domestique, passons les contrôles du terminal international et nous nous retrouvons face à la porte d'embarquement: tout cela en moins de 15 minutes!




Nous dépensons nos derniers yens en achetant des boissons aux distributeurs, embarquons et nous nous installons.

Je commence à regarder "Le crime de l'Orient-Express". Ce film est doté d'un casting exceptionnel et est passionnant. Cela faisait longtemps que je n'avais pas autant apprécié un film.

Le repas nous est servi: poulet ou poisson. C'est correct, comme à l'aller, avec une touche japonaise en plus.



Ensuite, je regarde "La vie secrète de Walter Mitty" qui me passionne également.
Enfin, j'enchaîne avec "Ghosts of girlfriends Past", qui me fait bien rire.


Un repas léger nous est servi avant l'attérrissage à Helsinki.


Nous atterrissons   à l'heure, débarquons, passons les contrôles d'identité automatisés et embarquons dans le vol pour Paris durant lequel nous lisons.

Nous arrivons à l'heure à Paris, récupérons nos bagages et montons dans le RER ligne B pour rejoindre la station Robinson où nous attendent l'oncle et la tante de Nathalie.

Samedi  17 février 2018: Chatenay-Malabry - Saint-Brieuc 
   
Nous regagnons Saint-Brieuc en train avec la tête remplie de beaux souvenirs.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un court week-end à Cambridge avril 2018

Je sais, Cambridge ne fait pas partie du top 10 des "destinations où passer un week-end" dressé par les plus grands magazines q...